Marietta KARAMANLI " Pour de nouvelles garanties collectives en faveur des salariés les plus précaires et notamment des jeunes"

lundi 16 janvier 2012

J’ai, par une nouvelle question écrite parue au Journal Officiel le 10 janvier 2012, attirer l’attention du ministre du travail sur les mesures à prendre en vue de sécuriser les parcours professionnels notamment des jeunes.
8 % du total des emplois sont des contrats à durée déterminée et 2 % relèvent de l’intérim.
Il convient, selon moi, de donner plus de droits à ceux qui les occupent en leur permettant, en quelque sorte, de capitaliser les droits qu’ils acquièrent et de faciliter leur entrée dans la vie professionnelle de façon pérenne.
Sont notamment concernés leur droit effectif à la formation, un accompagnement efficace dans la recherche d’emploi et un reclassement avec une garantie de ressources tout au long de leur recherche.
Cela passer aussi par la possibilité de transférer d’un emploi à un autre les droits qui seraient acquis.
J’ai suggéré que l’on s’inspire de certaines initiatives prises à l’étranger.
Selon moi, ce sujet devrait figurer parmi les priorités de l’action publique et des négociations sociales à mener dans les mois à venir.

Le texte intégral de ma question écrite au Ministre du travail

Question N° : 125997 de Mme Marietta Karamanli ( Socialiste, radical, citoyen et divers gauche - Sarthe )

Question écrite
Ministère interrogé > Travail, emploi et santé Ministère attributaire > Travail, emploi et santé

Rubrique > travail Tête d’analyse > travail temporaire Analyse > précarité. lutte et prévention

Question publiée au JO le : 10/01/2012 page : 221
Texte de la question

Mme Marietta Karamanli attire l’attention de M. le ministre du travail, de l’emploi et de la santé sur les mesures à prendre en vue de sécuriser les parcours professionnels.
Fin 2011, les contrats à durée déterminée (CDD) représentaient 8 % de l’ensemble des emplois et l’intérim 2 %.
Parmi les salariés concernés figurent de nombreux jeunes.
Des mesures visant à leur assurer un droit effectif à la formation, une recherche d’emploi et un reclassement avec une garantie de ressources tout au long de leur recherche, une capitalisation de droits transférables tout au long des mobilités accomplies apparaissent nécessaires.
Elle lui demande les mesures qu’entend prendre le Gouvernement en faveur des salariés les plus précaires, notamment en CDD et intérim.
Elle souhaite savoir si la création de fondations pour l’emploi à l’instar de celles existant dans d’autres pays européens et garantissant un statut et un revenu, organisant un accompagnement de qualité, soutenant l’employabilité des salariés, a retenu son attention et pourrait être expérimentée dans notre pays.