Marietta KARAMANLI "Tarifs TGV : payer plus cher et voyager moins, ce que la SNCF fait indà»ment payer aux voyageurs du Mans et de la Sarthe"

mercredi 21 septembre 2011

J’ai interpellé, par une question écrite à paraître prochainement au Journal Officiel, le secrétaire d’Etat chargé des transports sur les prix payés par les usagers du TGV prenant le train au Mans ou s’y arrêtant. M’appuyant sur l’exemple d’un voyageur partant de Rennes pour Paris et d’un autre voyageur partant du Mans pour la même destination, le mardi 6 septembre dernier, je constate que le passager montant au Mans paie plus cher si on calcule le prix au kilomètre. La différence va de 1 centime à 10 centimes au kilomètre en plus. Il en est de même pour un voyageur partant de Paris pour Rennes et un autre voyageur ayant la même provenance mais s’arrêtant au Mans. Le second paiera de 1 à 14 centimes au kilomètre plus cher. Cette situation est totalement anormale car le gain de temps sur la ligne LGV a profité et profite à tous. De plus 22 ans après la mise en service de celle-ci, les investissements sont déjà pour une large part amortis et le coà»t d’entretien des installations est normalement partagé entre tous les voyageurs. A l’avenir rien ne dit que les Manceaux et Sarthois prenant le TGV sur cette ligne ne continuent pas à payer plus alors même que leur ville et leur département seront contournés ce qui aboutira probablement à une diminution du nombre et de la fréquence des trains desservant notre ville et notre département. J’ai demandé à l’Etat de faire respecter l’égalité entre passagers pour un service équivalent et je continuerai à défendre le TGV et les usagers de la ligne. Il n’est pas question de payer plus cher pour voyager moins !

Le texte intégral de ma question écrite à paraître au Journal Officiel

Mme Marietta KARAMANLI attire l’attention de M. le secrétaire d’État auprès de la ministre de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement, chargé des transports, sur les tarifs du TGV entre Le Mans et Paris.
Les voyageurs qui montent au Mans supportent un coà»t de voyage alourdi par rapport à celui payé par les autres voyageurs en fonction de la seule distance.
Si on prend les tarifs pratiqués aux heures de pointe le mardi 6 septembre un voyageur de 2ème classe (sans réduction) montant à Rennes pour Paris paie 72 euros (quatre premiers TGV au départ de Rennes pour une distance d’environs 360 kilomètres) et un voyageur de 2ème classe montant au Mans pour Paris quatre premiers TGV) paie soit 37,80 euros (deux TGV) ou 53,10‚¬ (deux TGV) pour une distance de 180 kilomètres.
Si on rapporte la distance parcourue au montant payé, le passager voyageant entre Le Mans et Paris paie entre 1 et 10 centimes de plus au kilomètre que le passager entre Rennes et Paris, autrement dit il supporte un surcoà»t par trajet alors même que le temps de parcours se trouve diminuer pour tous du même délai entre Paris et Le Mans ou entre Paris et Rennes.
De la même façon si on prend les tarifs pratiqués entre Paris et Le Mans et Paris et Rennes, le même jour, sur les quatre premiers TGV desservant chacune de ces deux villes les tarifs sont respectivement pour les quatre horaires chaque fois plus chers pour le passager s’arrêtant au Mans : une fois 1 ct au km, deux fois 5 cts au km, une fois 14 cts.
Cette situation est d’autant plus étonnante que 22 ans après la mise en service de la ligne le coà»t d’investissement est déjà pour une large part amorti et que le coà»t d’entretien devrait lui être réparti entre l’ensemble des passagers et non seulement supporté par ceux allant de Paris au Mans et du Mans à Paris.
Par ailleurs les usagers entre Le Mans et Paris peuvent légitimement craindre que demain le tarif pratiqué soit encore alourdi d’une partie des frais d’exploitation servant au financement du futur contournement du Mans et de la Sarthe qui ne leur sera d’aucune utilité.
Elle souhaite savoir quels éléments circonstanciés sont pris en compte et seront pris en compte pour déterminer les tarifs pratiqués sur la portion entre Paris et le Mans et connaître les engagements de l’Etat pour garantir l’égalité et l’équité de traitement entre tous les usagers des trains TGV qu’ils soient passagers entre Le Mans et Paris ou une autre destination sur cette ligne.