Modifications des horaires des TER en décembre 2011

Marietta KARAMANLI "Trains régionaux, l’absence de considération pour les usagers des TER et l’éloignement du service public des besoins sont des fautes"

mercredi 23 novembre 2011

Le lundi 14 novembre dernier, à l’invitation de Monsieur le Préfet de la Sarthe, représentant de l’Etat dans le département, j’ai participé à une réunion sur les problèmes posés par les modifications des horaires des trains à compter de décembre prochain.
Si le Préfet a donné son point de vue, les autres participants n’ont pas été conviés à faire part de leurs observations, propositions et demandes à l’issue de cette réunion.
Je souhaite, ici, donner mon appréciation.
D’une part, je regrette la non participation des associations d’usagers aux rencontres organisées en vue d’améliorer le service...qui peut mieux qu’elles porter la voix des usagers et contribuer à la qualité de celui-ci ?
Face à la SNCF, à RFF et aux experts de ces organismes, il est difficile de savoir si d’autres solutions techniques sont envisageables. Pourtant les conséquences des décisions prises sans concertation ni considération des contraintes qui en naissent pour les usagers, sont importantes.
J’ai fait des propositions pour maintenir le service sur la ligne classique entre Le Mans-Connerré-La Ferté-Bernard qui sera fortement remis en cause avec la mise en place de nouveaux horaires dans quelques semaines : train supprimé dans la deuxième moitié d’après midi depuis Connerré à la sortie des entreprises, train arrivant à la Ferté-Bernard le matin juste avant les cours des lycéens, train partant de La Ferté au moment de la sortie des cours. Ces exemples montrent l’absence de considération des usagers.
Ma proposition d’organiser autrement le service à partir de Connerré prise en compte par la région a été jugée coà»teuse par la SNCF et RFF.
J’ai, par ailleurs, insisté sur la nécessité de donner une vraie vocation à la ligne classique avec des trains, depuis et vers Paris.
J’ai aussi insisté sur la nécessité d’une révision à la baisse des tarifs du TGV et du maintien de la qualité de la desserte de la ligne TGV.
En ne reconnaissant pas les besoins des usagers et notamment des TER et en abandonnant par effritement les TER et les liaisons classiques pour donner des sillons (des droits de passage à la concurrence du TGV), les autorité commettent une double erreur.
Face à cela les élus, les usagers, les associations et les citoyens doivent être vigilants.
Me concernant, je me bats depuis longtemps pour préserver le service public ferroviaire et je serai encore avec eux pour le faire.

Mon point de vue

Le 14 novembre 2011 a eu lieu une réunion organisée par le Préfet de la Sarthe, représentant de l’Etat, à laquelle étaient invités les parlementaires, le Président du Conseil général et le Maire du Mans, et auxquels les autorités qui organisent les transports ferroviaires (SNCF, RFF) ainsi que le Conseil régional ont présenté les changements affectant le trafic, notamment TER, à compter du 11 décembre prochain.

La région n’avait pas donné son accord préalable pour la date proposée. Les associations d’usagers et les élus possiblement concernés n’étaient pas représentées.

Si le Préfet s’est exprimé à la suite de la réunion, les parlementaires présents n’ont pas été à même de faire part de leur point de vue.
Je souhaite apporter les précisions suivantes.

La contribution naturelle des associations d’usagers

A titre personnel, je souhaite que les associations d’usagers puissent participer à toute discussion relative au fonctionnement des lignes et dessertes car ce sont elles qui connaissent le mieux les besoins et suggestions des usagers. Cette participation constitue une évaluation naturelle du fonctionnement du service public et rien ne justifie qu’elles n’en soient pas parties prenantes.
Je constate qu’il a fallu une première réunion avec les élus pour que des solutions soient peut-être envisagées !

L’absence d’une expertise technique et financière indépendante

Sur le fond je considère que les points de vue techniques exprimés par la SNCF et RFF ne correspondent pas aux attentes des usagers. Leurs points de vue sont souvent sans appel, les élus ne disposant pas d’une capacité d’expertise technique permettant de discuter les modalités choisies.
Sur la ligne Le Mans-Paris, l’absence de créneaux pour la circulation de TER aux heures utiles aux usagers est justifiée par la SNCF et RFF en invoquant le trafic TGV sans que l’on soit sà»r que cette justification soit avérée.

Les conséquences de choix faits ailleurs

La suggestion de liaisons entre CONNERRE et LA FERTE-BERNARD que j’ai faite pour résoudre au moins partiellement le problème a été reçue par la Région, mais le SNCF et RFF disent que cela « coà»te cher ». Cela laisse présumer que certains aménagements seraient possibles mais n’ont pas été envisagés pour des raisons d’organisation interne et de financement.

Le délaissement de la ligne « classique »

J’ai posé aussi la question du développement des trains rapides et des TER sur l’ensemble de la ligne classique (possiblement très rapide après réduction des passages à niveau) entre Le Mans et Paris.
Il ne paraît pas exister un vrai projet pour faire vivre la ligne classique rapide avec des dessertes bien conçues et aujourd’hui vouée aux seuls TER.. Malheureusement la priorité est donnée aux futurs aménagements TGV€¦qui coà»teront très chers et dont la rentabilité est déjà discutée.
Je regrette que les transports ferroviaires entre villes, grandes et petites, n’aient pas été améliorés.

La situation de la desserte du Mans par la TGV

J’ai insisté une nouvelle fois pour que la question de la desserte du Mans par le TGV ne soit pas réduite au seul nombre d’arrêts.
J’ai encore une fois posé la question des tarifs, déjà plus chers pour les passagers montant ou descendant au Mans et demandé que les tarifs des TGV, qui pour des raisons techniques ou de travaux, roulent à la vitesse d’un train normal soient revus à la baisse.

Une double erreur

De l’ensemble de ces éléments je déduis qu’une double erreur est en train d’être faite.
Avec les nouveaux cadencements les autorités délaissent par effritements successifs les usagers et les laissent se débrouiller comme ils pourront ; c’est le cas des liaisons entre Le Mans-Connerré et la Ferté-Bernard !
Elles abandonnent progressivement le train classique et les TER en rendant plus difficiles leur accès.
Face à cela les élus, les usagers, les associations et les citoyens doivent être vigilants et peser sur des choix présentés comme techniques mais qui éloignent en fait les services publics de la vie quotidienne. En ce qui me concerne, je serai vigilante et active pour les défendre.

Marietta KARAMANLI