Marietta KARAMANLI aux côtés des familles et des enseignants pour défendre les classes injustement supprimées " une mobilisation réussie et des postes maintenus"

samedi 1er octobre 2011

A la rentrée scolaire 2011 le département de la SARTHE devait perdre trente enseignants et classes du premier degré pour 150 élèves en moins et perdre 5 enseignants du second degré pour 150 élèves en plus !
En primaire le département perd autant d’enseignants que les deux départements limitrophes réunis, (Mayenne et Maine et Loire) alors que la diminution du nombre d’élèves en Sarthe est deux fois moindre que celle enregistrée au total dans ces deux autres départements.
En milieu rural des regroupements pédagogiques intercommunaux (RPI) sont touchés. L’offre d’une école publique de qualité diminue et les élus devront payer si les parents vont à proximité dans une école confessionnelle !
D’ores et déjà dans le département seulement 10 % des enfants de deux ans sont scolarisés contre 40 % en 2000 !
Je suis intervenue pour l’école J Mermoz qui était menacée de perdre sa 9ème classe alors que l’école compte 52 enfants relevant des RASED !
Suite à la mobilisation un nouvel enseignant a été nomm逦
Je suis est intervenue pour le maintien d’une cinquième classe à l’école maternelle Jules Ferry au Mans finalement accordée.
J’ai aussi défendu l’école maternelle Hauréau qui a finalement gardé sa sixième classe.
Au final j’ai défendu cinq écoles pour la seule Ville du Mans.
Si je ne fais que rarement allusion aux remerciements, je ferai une exception ici.
Je souhaite laisser la parole à l’équipe enseignante d’une de ces écoles.
Elle m’a écrit "L’équipe enseignante ayant toujours
constaté votre engagement à défendre l’école en général, et la nôtre
cette année alors qu’elle était menacée, tient à vous faire part de
toute sa gratitude pour votre action de Députée..."
C’est très important pour moi d’avoir pu défendre le service public et l’éducation, sources tous deux de progrès pour nos enfants et notre pays.
C’est la mobilisation et l’argumentation développée par les écoles qui ont permis le maintien des moyens humains.

Marietta KARAMANLI devant les parents et les élèves pour une classe en plein air

Le 16 septembre 2011, les parents d’élèves de l’école de Jean Mermoz ont organisé une classe en plein air.
A leur demande, je suis venue « faire classe » avec d’autres élus et des parents d’élèves.
« Et tout a commencé par une leçon d’histoire qui débutait ainsi "au village Jean Mermoz du royaume "tout tout près", il y eu une révolte contre une décision injuste".
Et comme dans les meilleures histoires, elle finit bien.
En effet, grâce à la mobilisation de tous, parents, syndicats et élus, un nouveau maître a été nommé. « Il a fallu parlementer mais c’est bien collectivement que nous avons obtenu ce résultat ».