Marietta KARAMANLI demande à l’Inspecteur d’Académie de la Sarthe de revenir sur sa décision de supprimer le tiers des postes d’enseignants des réseaux d’aides aux élèves en difficultés (RASED)

lundi 20 février 2012

J’ai écrit à l’Inspecteur d’Académie de la Sarthe et ai posé une question écrite au Ministre de l’Education Nationale à propos de la situation des enseignants des réseaux d’aides aux élèves en difficultés (RASED) dans notre département. L’Education Nationale a décidé de supprimé le tiers des postes, de laisser 10 postes itinérants, et 48 postes en professeurs des écoles maîtres E (PEME), partagés entre une classe et leur mission d’aide. Cette décision qui concerne environ 2 500 élèves en Sarthe, va diminuer l’efficacité de l’intervention des maîtres "partagés" entre une classe et des élèves en difficultés et les rendre moins disponibles. Par ailleurs nous ne savons pas si le soutien en classe sur lequel prétend être basée cette décision la rend vraiment possible, aucune évaluation n’ayant été communiquée.
Pour ces raisons, j’ai demandé à l’Inspecteur de revenir sur sa décision.
J’ai aussi interrogé sur le même sujet le ministre. Ma question est à paraître au Journal Officiel. Vous pourrez la retrouver ainsi que la réponse à venir du ministre sur la site de l’Assemblée Nationale.

Le texte de mon courrier à Monsieur l’Inspecteur d’Académie de la SARTHE

"Monsieur l’Inspecteur,
Je me permets d’attirer votre attention sur la décision que vous annoncez de supprimer plus du tiers des postes de maître E intervenant dans le cadre des réseaux d’aides aux élèves en difficultés (RASED) dans notre département.
La décision annoncée fait référence à une réorganisation consistant à laisser 10 postes itinérants, et 48 postes en professeurs des écoles maîtres E (PEME), partagés entre une classe et leur mission d’aide ce qui équivaut au final par rapport à l’effectif actuel de 52 maîtres E à en diminuer l’effectif encadrant les élèves en difficultés de 34%.
Cette décision fait naître de nombreuses interrogations.
D’une part près de 2500 élèves ne bénéficieront plus de l’aide à dominante pédagogique ou d’un suivi préventif.
D’autre part les PEME risquent de ne plus pouvoir intervenir avec la même efficacité, leur mission étant aussi en direction des familles, des écoles et des maîtres.
Par ailleurs, l’annonce d’un soutien scolaire dans le cadre des horaires existants justifiant la mesure pose la question de l’adéquation des actions en direction des élèves et de leurs difficultés.
Je souhaiterais à ce titre disposer des études montrant l’efficacité escomptée de la diminution des horaires au profit de la mise en place dudit soutien.
Enfin le nombre de maîtres G ayant déjà diminué, affecté par de précédentes mesures d’économies, un déséquilibre entre fonctions et actions des personnels spécialisés est d’ores et déjà posé.
Je vous serais reconnaissante de bien vouloir me faire part du bilan quantitatif et qualitatif au vu duquel vous avez pris votre décision et de m’indiquer quelles mesures pourraient être prises allant dans le sens de la demande des équipe pédagogiques, des familles et des élus et donc du maintien de personnels spécialisés, à plein temps et en nombre au moins équivalant.
...."
Marietta KARAMANLI