Marietta KARAMANLI "Il faut reconsidérer le projet de "mastérisation" de la formation des enseignants et mettre au coeur de celle-ci la dimension pédagogique"

dimanche 31 janvier 2010

J’ai interrogé le ministre de l’éducation nationale sur le projet dit de « mastérisation » de la formation des futurs enseignants. Le projet est censé améliorer la situation en sanctionnant la formation en IUFM par un diplôme, le master, à amener les professeurs des écoles et les titulaires du CAPES à un degré de qualification plus important (Bac+5 au lieu de Bac+3), et donc à améliorer la formation des enseignants grâce à l’allongement de leurs études.
Pratiquement les futurs enseignants ont déjà et auront, dans leur grande majorité, suivi des études longues, en ce sens le texte ne fait que réaliser un constat. Il en profite pour diminuer le stage jugé implicitement peu utile. Il prévoit en effet la suppression de l’année de stage ce qui revient à faire que les jeunes recrutés enseignent à plein temps dès leur première rentrée sans autre accompagnement qu’un simple « compagnonnage ». De plus, les étudiants devront attendre une année de plus avant d’être payés puisque l’année de stage disparaît.
De la sorte le gouvernement entend faire des économies sans se préoccuper de la capacité et de la qualité de l’enseignement dispensé. Demain, l’enseignement risque de devenir le seul métier où les professionnels n’auront pas été formés et n’auront pas eu à pratiquer leur activité en situation réelle avec de l’exercer. En un mot les effets sont à l’opposé des objectifs qui seraient poursuivis !
De plus les IUFM risquent de disparaître dans chaque département.
J’ai demandé au Ministre de renoncer à cette réforme ou d’en modifier significativement le contenu.

Normalement le ministre a deux mois pour répondre à une question écrite à compter du jour de sa publication au journal officiel. En pratique, les délais de réponse sont souvent plus longs et certaines de mes questions n’ont pas toujours fait l’objet d’une réponse plus d’un an après.

Le texte intégral de ma question écrite

Mme Marietta Karamanli attire l’attention de M. le ministre de l’éducation nationale sur la réforme de la formation des enseignants.
Le projet dit de masterisation de la formation des enseignants et consistant pour l’essentiel à recruter après un master généraliste, à supprimer l’année de stage et ne plus rémunérer d’enseignants en formation, est à juste titre perçu comme marquant la fin du système de formation professionnelle des enseignants car omettant complètement la formation pédagogique et didactique et la réduisant à quelques stages optionnels ce qui ne manquera pas d’aggraver les difficultés des enseignants en classe.
De plus, la formation généraliste détachée de toute pratique en classe qui s’y substituerait aurait pour conséquence la fermeture des sites départementaux des IUFM.
Elle lui demande de reconsidérer ce projet et de réaliser une réforme de la formation qui place au coeur du dispositif la dimension pédagogique, essentielle pour la réussite des enseignants et des élèves, et assure la pérennité d’un réseau départemental au plus proche des besoins des enseignants en formation.