Marietta KARAMANLI "Mon engagement pour que la mission des IUT soit consolidée, leurs moyens garantis et leur représentation au plan régional et national assurée"

samedi 21 avril 2012

Sollicitée par les responsables de l’IUT du Mans sur l’avenir et les moyens aux IUT, j’ai posé une nouvelle question au ministre de l’éducation et de l’enseignement supérieur et de la recherche concernant à la fois leurs difficultés et leurs propositions.
J’ai appelé l’attention du ministre sur l’absence de contrats d’objectifs de moyens entre l’Etat et eux, la diminution qui serait constatée de leurs moyens budgétaires au sein des universités et les critères clairs et indiscutables sur lesquels l’allocation de ces moyens devrait être faite . Je lui ai rappelé leurs propositions : affirmation de la vocation et de la mission des IUT dans la préparation et la délivrance des diplômes de licence professionnelle, en lien avec les territoires qu’ils couvrent ; dispositif de rapprochement et de coopérations avec les universités au niveau régional ; structure de représentation nationale du réseau des IUT.
J’entends bien obtenir du ministre à venir des précisions et un engagement dans le sens de la clarification des missions et des moyens de ces établissements qui ont fait leurs preuves.

Ma lettre aux responsables de l’IUT du Mans

Monsieur Hervé ROUVRE
Président du Conseil de l’IUT du Mans
Madame Viviane MACIA-SAUDUBRAY
Directrice IUT LE MANS
Avenue Olivier MESSIAEN
72085 LE MANS CEDEX 09

Monsieur Le Président, Madame la Directrice,

Vous avez bien voulu, par un courrier... me faire part de vos observations sur la situation des IUT depuis 2007 et l’adoption de la loi relative aux libertés et responsabilités des universités.
Je vous en remercie.
Sur le fond, je partage les préoccupations exprimées.
Je souhaite à la fois plus de transparence sur les relations intra-universitaires (et notamment budgétaires) entre composantes de l’Université et plus de clarté sur les missions et activités de chacune d’entre elles.
Depuis cinq ans j’appelle à un débat réel sur la place et le rôle de l’enseignement supérieur que j’appelle de proximité sachant qu’il représente un pôle de formation et de la recherche souvent d’excellence.
J’ajoute ici qu’il faut sortir du mythe selon lequel seule la concurrence entre établissements serait porteuse de résultats€¦il faut y opposer la coopération et le travail en réseaux.
Eu égard à la nature des sujets abordés, j’ai décidé de poser une nouvelle question écrite au ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche.
Vous pourrez aussi consulter ces questions et les réponses à venir sur le site de l’Assemblée Nationale à partir du lien suivant. http://www.assemblee-nationale.fr/13/tribun/fiches_id/335054.asp#P
En tout état de cause, je ne manquerai de vous faire part de sa réponse le moment venu.
Espérant avoir répondu à vos interrogations et restant à votre disposition, je vous prie de croire, Monsieur Le Président, Madame la Directrice, à l’assurance de mes salutations les meilleures.
Marietta KARAMANLI

Question N° : 131495 de Mme Marietta Karamanli ( Socialiste, radical, citoyen et divers gauche - Sarthe )

Question écrite

Ministère interrogé > Enseignement supérieur et recherche Ministère attributaire > Enseignement supérieur et recherche

Question publiée au JO le : 03/04/2012 page : 2652

Texte de la question

Mme Marietta Karamanli attire l’attention de M. le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche sur les difficultés auxquelles sont confrontés les instituts universitaires de technologie (IUT) dans le cadre de l’application de la loi relative aux libertés et responsabilités des universités. D’une part, les contrats d’objectifs et de moyens qui devraient être conclus entre l’État et les IUT, et inclus aux contrats entre l’État et les universités, ne sont souvent pas établis. D’autre part, les moyens budgétaires des IUT au sein des budgets des universités ne sont pas garantis et connaissent une diminution significative. Aucun texte règlementaire n’est venu fixer les conditions dans lesquelles ceux-ci doivent être établis en fonction de critères objectifs. Une enquête menée au sein du réseau des IUT indiquerait une diminution moyenne du tiers des budgets. Pour faire face à cette dégradation de leur situation, les IUT ont fait plusieurs propositions : la vocation et la mission des IUT dans la préparation et la délivrance des diplômes de licence professionnelle, en lien avec les territoires qu’ils couvrent, devraient être affirmées ; le rapprochement et les coopérations des universités au niveau régional devrait s’accompagner d’un dispositif de reconnaissance des IUT dans ce cadre ; le réseau des IUT devrait, lui-même, disposer au niveau national d’une structure de représentation et de discussion lui permettant de faire valoir dans le dialogue avec l’État et les universités les spécificités de ses membres. Elle souhaite connaître sa position sur ces différents points et les mesures qu’il entend prendre pour répondre à ces constats et demandes.