Marietta KARAMANLI "Pour lutter contre les difficultés et l’échec scolaires dès l’école maternelle et primaire, il faut poursuivre les efforts de redressement engagés depuis 2012"

dimanche 16 février 2014

J’ai interrogé la ministre chargée de la réussite scolaire sur les résultats enregistrés par les élèves de notre pays à l’occasion de l’enquête internationale dite PISA (programme international pour le suivi des acquis des élèves / OCDE).
Diminution du score en mathématiques, écarts se creusant en compréhension de l’écrit et sciences, bons et mauvais résultats très fortement fonction des origines sociales de la famille des enfants, sont autant de constats faits par l’enquête.
Les facteurs expliquant cette situation sont nombreux et souvent cumulatifs :
- défaut d’accompagnement de formation des maîtres (la formation en tant que préalable à l’entrée en fonction avait été supprimée sous la précédente législature ) ;
- insuffisance de partage et de diffusion des bonnes pratiques ;
- insuffisance de mixité sociale et de niveaux ;
- mauvaise adéquation des moyens
etc...
J’ai demandé, dans une question écrite parue au Journal Officiel le 4 février dernier, l’analyse qui était faite de ces résultats et les initiatives nouvelles qui pourraient accompagner celles déjà prises.
En effet d’ores et déjà le recrutement de nouveaux professeurs, la formation initiale re-mise en oeuvre ; la rénovation de programmes jugés trop lourds et trop techniques, avec un renouvellement échelonné entre la rentrée 2014, puis entre 2015 et 2017 respectivement pour l’école maternelle puis l’école élémentaire et le collège ; la réforme de l’éducation prioritaire en cours (installation d’une centaine de réseaux dès 2014 puis tous (environ 1000 ) à la rentrée 2015) sont autant de mesures indispensables à confirmer et adapter en fonction des premiers effets qui seront constatés.
Consciente que l’avenir des jeunes, la situation des familles et les progrès de notre pays supposent une action déterminée, adaptée et pérenne (il faut du temps pour voir les résultats) dans le domaine de l’éducation, j’entends suivre avec attention les évolutions dans notre pays. en Sarthe et au Mans.
Marietta KARAMANLI

Question N° : 48629 de Mme Marietta Karamanli ( Socialiste, républicain et citoyen - Sarthe )
Question écrite

Ministère interrogé - Réussite éducative - enseignement maternel et primaire

Question publiée au JO le : 04/02/2014 page : 1012

Texte de la question

Mme Marietta Karamanli attire l’attention de Mme la ministre déléguée auprès du ministre de l’éducation nationale, chargée de la réussite éducative, sur les résultats 2013 du programme international de l’OCDE pour le suivi des acquis des élèves (PISA)

Les derniers résultats de l’enquête mettent en évidence trois éléments importants pour notre pays :
- en mathématiques le score des élèves de quinze ans a diminué et il y beaucoup d’enfants en difficulté ;
- en compréhension de l’écrit et en sciences les écarts se sont creusés ;
- la corrélation entre le milieu socio-économique et les bons résultats est bien plus marquée que dans la plupart des autres pays de l’OCDE.

Ces constats recoupent ceux faits en France où l’échec scolaire est notamment concentré dans certains établissements et est fortement corrélé avec les appartenances sociales et professionnelles.

Plusieurs éléments peuvent expliquer l’échec :
- l’insuffisance d’accompagnement pédagogique y compris par la formation continue des enseignants ;
- le défaut de diffusion des méthodes qui marchent bien ou mieux ;
- l’insuffisante mixité académique et sociale des classes ;
- la pauvreté de l’environnement des établissements ;-
- l’inadaptation de programmes peu évalués dans leur conception ;
- des moyens peu ou pas concentrés selon les besoins.

Elle lui demande quelles conclusions elle tire de ces résultats et quelles mesures en complément de celles-ci déjà prises depuis juin 2012 il entend initier pour prévenir les effets négatifs résultant des politiques menées depuis dix ans.