Marietta KARAMANLI "Pourquoi j’ai demandé au Ministre de l’Education Nationale un effort complémentaire en personnel enseignant dans les écoles publiques de notre département"

vendredi 20 juin 2014

Par une question écrite parue au Journal Officiel le 17 juin, j’ai interrogé le ministre de l’Education Nationale sur l’affectation en Sarthe de moyens en personnel enseignant du premier degré.
Si la région des Pays de la Loire a bénéficié de 116 postes équivalents temps plein (ETP), la Sarthe ne devrait avoir qu’un poste supplémentaire à la prochaine rentrée compte tenu de la baisse des effectifs (- 126 élèves).
Néanmoins les inégalités de niveau, les élèves sarthois ayant des résultats en-deçà de ceux constatés au plan national et les différences se creusant entre les meilleurs et les plus faibles, justifient pleinement un effort complémentaire en faveur des écoles de la Sarthe.
J’ai demandé au Ministre une attention particulière tant au niveau des moyens supplémentaires qu’en matière d’éducation prioritaire.

Question N° : 57431 de Mme Marietta Karamanli ( Socialiste, républicain et citoyen - Sarthe ) Question écrite
Ministère interrogé > Éducation nationale, enseignement supérieur et recherche
Rubrique > enseignement / enseignants / effectifs de personnel. Sarthe
Question publiée au JO le : 17/06/2014 page : 4818
Texte de la question
Mme Marietta Karamanli attire l’attention de M. le ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche sur les conditions de rentrée dans le département de la Sarthe. Selon la répartition des moyens au plan national l’académie des Pays-de-la-Loire a bénéficié au titre de la rentrée de septembre 2014 en moyens supplémentaires de 116 postes en équivalents temps plein (ETP) dans le premier degré et 200 postes en ETP dans le deuxième degré (pour respectivement 2 355 et 1 986 au plan national).
Cette répartition repose sur différents critères (répartition entre le rural et l’urbain, évolutions démographiques, environnement social, et réduction des écarts entre départements).
De plus la formation des enseignants, qui a été recréée en 2012, suppose des moyens pour la réussir.
Le département de la Sarthe ne devrait bénéficier que d’un poste en plus dans le premier degré en tenant compte de la diminution attendue des effectifs qui était estimée, il y a quelques mois, à 126. À la rentrée 2013, le département avait bénéficié de 30 postes mais avait précédemment connu avant 2012 une diminution importante. Elle rappelle que les précédentes évaluations en primaire avaient mis en évidence des écarts négatifs entre les résultats locaux et nationaux, les résultats des élèves sarthois restant en-deçà de ceux constatés au plan national et les différences se creusant entre les meilleurs et les plus faibles.
Dans ces conditions, elle souhaite savoir quels sont les efforts qui sont en cours pour non seulement tenir compte des besoins en fonction des évolutions démographiques et de la répartition territoriale mais aussi en fonction des objectifs de lutte contre l’échec scolaire que ce soit en termes de moyens supplémentaires qu’au plan des efforts initiés là encore depuis deux ans en matière d’éducation prioritaire.