Marietta KARAMANLI prend position concernant la possible fermeture d’un collège au Mans dans les quartiers sud, « L’intérêt des élèves des quartiers populaires qui y sont scolarisés doit primer »

dimanche 7 février 2010

Suite à la publication dans la presse locale (Maine Libre et Ouest France) d’articles évoquant la possible fermeture d’un collège dans les quartiers Sud du Mans, j’ai réagi en rappelant le travail fait par les équipes enseignantes en direction des jeunes et des familles, la nécessité de moyens pour mener à bien des projets tournés vers l’extérieur et réaliser une personnalisation des apprentissages ( ce qui a été recommandé à l’éducation nationale), et la priorité à donner à la taille humaine des établissements pour l’intérêt de nos élèves.

Retrouvez mon communiqué dans son intégralité

Depuis plusieurs mois des « on dit » font état de la possible fermeture d’un collège au MANS.

Un article paru dans la presse locale confirme l’existence de réflexions dans ce sens.

J’ai à plusieurs reprises rappelé tant au niveau national qu’au plan local que devait primer l’intérêt des élèves des quartiers populaires qui y sont scolarisés.

Moi-même ancienne enseignante du collège Val d’Huisne aux Sablons, je connais la motivation des équipes enseignantes pédagogiques et leur implication dans les projets en faveur des élèves et de leurs familles et je sais le service de qualité que rendent ces établissements de proximité.

Un nombre réduit d’élèves par classe quand cela est possible, des moyens supplémentaires permettant à l’établissement de mener à bien des projets ouverts sur l’extérieur du quartier, une grande collaboration des équipes et une évaluation des pratiques sont indispensables pour assurer la réussite du plus grand nombre d’élèves.

En 2004 le rapport de la commission du débat national sur l’avenir de l’école préconisait s’agissant du collège, une certaine personnalisation des apprentissages ce que permettent des établissements de taille humaine, avec des moyens suffisants et une reconnaissance des équipes et familles.

Il est paradoxal qu’au moment où l’Etat déclare nécessaire la démocratisation des grandes écoles, il tente de réduire les moyens du collège de la réussite étape préalable à toute poursuite des études !

Marietta KARAMANLI