Marietta KARAMANLI s’inquiète auprès du ministre de l’éducation de l’insuffisance de remplacement des maîtres absents pour maladie et demande des moyens pour la prise en charge pédagogique des enfants

lundi 26 janvier 2009

Alors même que de graves menaces pèsent sur l’école publique, depuis plusieurs années, les remplacements pour une courte durée des enseignants absents notamment pour cause de courte maladie ne sont souvent pas assurés de manière satisfaisante par l’éducation nationale faute de moyens suffisants. Elle demande au ministre les données statistiques sur la réalité de ce problème en SARTHE et demande des mesures pour faire face à une situation souvent mal vécue tant du côté des parents que du côté des enseignants.

Voici le texte intégral de la question écrite posée au ministre. Au terme de cette procédure, le ministres est normalement tenu de répondre dans un délai de deux mois.
Il convient néanmoins, ici, de préciser que ce délai est loin d’être respecté puisque certaines de mes questions n’ont obtenu de réponse que longtemps après et certaines restent sans réponse.

Mme Marietta KARAMANLI attire l’attention de M. le ministre de l’éducation nationale sur la politique menée en matière de prise en charge pédagogique des enfants en cas d’absence des enseignants des écoles maternelles et primaires pour maladie de courte durée.

Dans bon nombre de départements, les remplacements pour une courte durée de ces enseignants ne sont souvent pas assurés de manière satisfaisante par l’éducation nationale faute de moyens suffisants.

Cette situation est préjudiciable à la continuité des enseignements et ne permet pas de répondre aux attentes des enfants et des familles.
Il conviendrait qu’une réflexion sérieuse puisse être menée sur l’organisation de ces enseignements dans de telles situations et que des moyens suffisants y soient consacrés.

Elle lui demande donc de bien vouloir lui préciser quel est le taux actuel de remplacement des enseignants malades en cas d’absence de moins de deux jours, de moins de cinq jours et de moins dix jours dans les enseignements pré-élémentaire et élémentaire en SARTHE et quelles mesures le Gouvernement entend prendre pour améliorer une situation souvent mal vécue tant du côté des parents que du côté des enseignants.