Marietta KARAMANLI demande que l’Etat soutienne le développement du fret ferroviaire ce qui est nécessaire pour lutter contre la pollution automobile

dimanche 9 janvier 2011

Dans une question écrite parue au Journal Officiel le 28 décembre 2010, je m’inquiète des économies qui seraient décidées par la SNCF et qui consisteraient notamment à supprimer deux mille emplois et à réduire son activité de fret déficitaire. Certaines estimations font état d’1,5 million de camions qui circuleraient en plus depuis 2003 et les premières restructurations du fret en France. Je demande à la ministre de l’écologie en charge des transports que l ’État soutienne le développement du fret ferroviaire, maintienne et propose une offre de transports de proximité adéquate, et garantisse l’entretien des voies et infrastructures nécessaires.
Une telle politique est nécessaire pour limiter les gaz à effet de serre et engager notre pays durablement en faveur de l’environnement.

Le texte intégral de ma question écrite

Question N° : 97289 ; Question publiée au JO le : 28/12/2010 page : 13877

Mme Marietta Karamanli attire l’attention de Mme la ministre de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement sur la stratégie et la situation financière de la SNCF.
Le déficit 2010 prévu serait nettement moins élevé que celui constaté en 2009 : 150 millions d’euros contre 1 milliard d’euros l’année précédente. L’entreprise nationale prévoirait dès à présent quatre milliards d’euros d’économies dont la moitié en investissements pour une dette de l’ordre de 9,5 milliards d’euros.
L’emploi serait aussi touché avec la suppression nette de près de deux mille emplois.
Elle souhaiterait connaître de quelle façon les décisions prises vont toucher l’activité de fret dont l’importance dans le cadre du développement d’une offre de transports respectant les engagements de l’État en matière de réduction des gaz à effet de serre est primordiale.
Des chiffres font état d’une croissance des transports routiers à mesure que le fret ferroviaire diminue. Ce sont 1,5 million de camions qui circuleraient en plus depuis 2003 depuis les premières restructurations du fret en France.
Dans ce cadre elle souhaite connaître la façon dont l’État entend soutenir le développement du fret ferroviaire, maintenir et proposer une offre de transports de proximité adéquate, garantir l’entretien des voies et infrastructures nécessaires et engager une grande concertation en France et en Europe sur l’importance de ce fret.