Anciens Combattants

dimanche 18 novembre 2007

Anciens Combattants : ma demande au ministre en vue d’augmenter
l’effort en leur faveur, ma proposition d’une conférence nationale pour
lever les obstacles à une programmation des moyens nécessaires.

Le Mans, le 10 octobre 2007

Marietta KARAMANLI
Députée
Conseillère Générale de la Sarthe

Monsieur Alain MARLEIX
Secrétaire d’Etat à la défense, chargé des anciens combattants
37, rue de Bellechasse
75700 Paris 07 SP

Référence : MK071010

Monsieur le Ministre,

Je me permets d’attirer votre attention sur les interrogations et inquiétudes du Monde Combattant au regard de la diminution des crédits de paiement inscrits pour 2008 dans le projet de loi de finances initiale au titre de la mission « Anciens combattants, mémoire et liens avec la nation » et du programme « Mémoire, reconnaissance et réparation en faveur du monde combattant ».

En effet, les crédits de paiement demandés sont en diminution. Globalement la diminution atteint -1,8 %. Des actions comme le soutien sont particulièrement atteintes avec une baisse des crédits de 8,3%) . Quant à l’augmentation de 3,8 des crédits de solidarité, ils prennent en compte en année pleine des mesures engagées l’année passée.

Par ailleurs le monde combattant fait valoir que plusieurs questions importantes ne sont toujours pas réglées : indexation réelle des pensions militaires d’invalidité sur le coà»t de la vie et non sur un indice de la fonction publique n’enregistrant pas les évolutions réelles, l’octroi de bonifications à égalité de droits pour tous les combattants de tous les conflits, le relèvement du plafond de la rente mutualiste, ou encore l’abaissement de 75 à 70 ans de l’âge d’accès de la demi-part fiscale accordée aux anciens combattants.

Je souhaiterais donc qu’il vous soit possible de m’indiquer si le Gouvernement entend améliorer concrètement la situation du monde combattant et consent, comme je l’y invite, à relever sensiblement l’effort budgétaire de la Nation en leur faveur.

Vous remerciant par avance de votre attention, je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, à l’assurance de mes salutations les meilleures.