« Réforme du collège, un enjeu pour tous à bien accompagner et à évaluer tout au long de son déploiement » par Marietta KARAMANLI

samedi 13 juin 2015

Par deux questions écrites parues au Journal Officiel du 2 juin 2015, j’ai interrogé la ministre de l’éducation nationale sur les moyens d’accompagnement de la réforme du collège, en termes de formation et dévaluation. Les principales mesures de la réforme telle qu’annoncée constituent trois blocs de mesures : les unes visent à mieux accompagner les élèves (trois heures d’accompagnement par semaine en 6ème au moment de la transition avec l’école primaire, une heure par semaine de la 5ème à la 3ème, des travaux menés en plus petits groupes...), des enseignements plus divers (2ème langue dès la 5ème et non en 4ème), une plus grande autonomie des équipes pour s’adapter aux besoins des élèves (projets et enseignements pratiques pluridisciplinaires) et renforcer l’adoption de compétences qui dépassent les seuls savoirs disciplinaires actuels qui sont préservés et ouverts à plus d’élèves.
Les éléments de la réforme s’ils présentent des avantages laissent en suspens plusieurs points sur lesquels j’entends attirer à nouveau l’attention de la ministre : d’une part la réforme doit être accompagnée et les enseignants incités à la concertation et en avoir les moyens ; la plus grande responsabilité laissée aux établissements et aux directions doit déboucher sur une véritable évaluation et des mesures de correction ;
Enseignante moi-même, j’ai eu le souci de la réussite de mes élèves. Aujourd’hui, j’ai le souci de la réussite de tous les élèves. La réforme n’est pas seulement une initiative gouvernementale, elle est d’abord un engagement qui doit mobiliser l’ensemble des enseignants et de la communauté éducative ce qui suppose de l’accompagner et de corriger rapidement les défauts pour améliorer l’efficacité des mesures prises. Tel est le sens de mes questions écrites à la ministre.

Question écrite n° 80404 de Mme Marietta Karamanli
Rubrique : enseignement secondaire Tête d’analyse : collèges
Analyse : réforme. personnels. formations. moyens

Mme Marietta Karamanli attire l’attention de Mme la ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche sur le nécessaire accompagnement par le ministère de la réforme du collège. Les principales mesures de la réforme telle qu’annoncée constituent trois blocs de mesures : les unes visent à mieux accompagner les élèves (trois heures d’accompagnement par semaine en 6ème au moment de la transition avec l’école primaire, une heure par semaine de la 5ème à la 3ème, des travaux menés en plus petits groupes...), des enseignements plus divers (2ème langue dès la 5ème et non en 4ème), une plus grande autonomie des équipes pour s’adapter aux besoins des élèves (projets et enseignements pratiques pluridisciplinaires) et renforcer l’adoption de compétences qui dépassent les seuls savoirs disciplinaires actuels qui sont préservés et ouverts à plus d’élèves.
Pour être menée à bien la réforme doit être accompagnée et les enseignants incités à la concertation et en avoir les moyens. Elle souhaite connaître les mesures envisagées dans ce sens : mobilisation et suivi des directions d’établissements, formation en début de réforme et mesures adaptées au long des premiers mois des enseignants, implication des corps d’inspection pour apporter leurs compétences techniques. Elle souhaite savoir quels sont les moyens financiers nouveaux et parfois temporaires qui seront mobilisés en ce qui concerne la formation continue des enseignants.

Question écrite n° 80407 de Mme Marietta Karamanli,/ Publiée le 2 juin 2015
Rubrique : enseignement secondaire Tête d’analyse : collèges
Analyse : réforme. perspectives

Mme Marietta Karamanli attire l’attention de Mme la ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche sur le nécessaire accompagnement par le ministère de la réforme du collège. Les principales mesures de la réforme telle qu’annoncée constituent trois blocs de mesures : les unes visent à mieux accompagner les élèves (trois heures d’accompagnement par semaine en 6ème au moment de la transition avec l’école primaire, une heure par semaine de la 5ème à la 3ème, des travaux menés en plus petits groupes...), des enseignements plus divers (2ème langue dès la 5ème et non en 4ème), une plus grande autonomie des équipes pour s’adapter aux besoins des élèves (projets et enseignements pratiques pluridisciplinaires) et renforcer l’adoption de compétences qui dépassent les seuls savoirs disciplinaires actuels qui sont préservés et ouverts à plus d’élèves.
Pour être menée à bien la réforme doit être accompagnée et les enseignants incités à la concertation et en avoir les moyens. Elle souhaite connaître savoir si une réelle évaluation de la mise en œuvre de la réforme sera menée dès les premiers mois pouvant entraîner des mesures de correction rapides. Elle souhaite savoir aussi si une attention particulière sera portée aux plages laissées au travail individuel et en groupe(s) de façon à ce que celui-ci participe pleinement à l’acquisition des compétences et des connaissances.