Marietta KARAMANLI écrit, à nouveau, au Président de la Région des Pays de la Loire à propos des trains régionaux sur la ligne Le Mans-Paris

samedi 25 août 2012

A la fin du mois de juillet 2012, j’ai écrit à Jacques AUXIETTE Président de la région des Pays de la Loire. Ma lettre faisait suite à sa réponse à un courrier que je lui avais précédemment adressé à propos du service des trains régionaux ou TER circulant sur la ligne Le Mans - Paris et desservant notamment Champagné et Connérré .
Dans ce premier courrier, je regrettais à la fois les conditions de mise en place du cadencement par la SNCF, opération recouvrant plusieurs types d’adaptations, l’absence d’étude indépendante sur les conditions de réorganisation, l’accès parfois difficile des usagers aux rames du fait d’une insuffisance de places, la fermeture du service commercial dans les gares certains jours et l’absence d’une étude sur l’utilisation de la voie entre Connérré et La Ferté-Bernard.
Dans sa réponse le Président de la Région m’a indiqué que
- la Région avec la SNCF tient un suivi précis des causes de perturbation.
- la faisabilité financière et technique d’un train supplémentaire entre Nogent-le-Rotrou après 16 heures a été étudiée par la SNCF qui a conclu à l’impossibilité de sa mise en oeuvre,
- que ma demande de trains entre Connérré et La Ferté-Bernard, a été étudiée par la SNCF de façon approfondie mais là encore, celle-ci l’a considérée comme complexe techniquement et irréalisable financièrement,
- enfin, en matière de fermeture des gares, si la SNCF doit recueillir l’avis de la Région avant toute décision de diminution de service significative, elle ne peut s’y opposer sauf à compenser financièrement tout ou partie des économies que la SNCF en attend.
Dans ma nouvelle lettre, je note que selon les informations fournies pour le train de 7 h 36 partant du Mans, huit retards ont été enregistrés en janvier 2012 soit un incident dans 36 % des circulations et si les motifs sont variés au moins quatre relèvent de pannes de matériels soit dans 20 % des circulations ce qui pose la question de la maintenance et de la prévention des avaries.
J’ai demandé à disposer des études techniques et financières à l’appui des décisions de constats d’impossibilité d’aménagement des horaires et circulations existantes opposées par la SNCF.
J’ai souhaité aussi savoir de quels moyens d’expertise la région disposait sur les éléments techniques et financiers des activités de transports dont la SNCF est l’opérateur.
J’ai suggéré que les laboratoires universitaires des universités de la région puissent être sollicités pour contribuer à l’examen des mesures de mise en oeuvre de la politique du transport ferroviaire et apporter leurs compétences et savoir-faire dans l’étude des demandes nouvelles.
Enfin j’ai proposé qu’une réunion puisse être organisée avec les usagers sous l’autorité de Monsieur le Préfet de la Sarthe avec la participation de la SNCF et de l’autorité organisatrice des transports qu’est la région pour apprécier les améliorations réalisées depuis le début de l’année et lister les difficultés concrètes restant pendantes.
Comme tout au long des derniers mois, je continue à suivre avec attention et vigilance la question des transports collectifs et ferroviaires dans notre département et dans notre circonscription.
Marietta KARAMANLI

Mon courrier au Président de la Région des Pays de la Loire à propos des trains régionaux (TER) et du service aux usagers sur la ligne Le Mans-Paris.

Monsieur Jacques AUXIETTE
Président du Conseil Régional
Région des Pays de la Loire
44966 Nantes cedex 9

Monsieur le Président,

Je me permets de répondre à votre courrier en date du 16 avril qui faisait, lui-même, suite à une lettre en date du 27 février 2012 que je vous avais adressée à propos des mauvaises conditions de transport faites aux usagers SNCF de la ligne Le Mans- Nogent-le-Rotrou.

Je souhaite vous en remercier avec, il est vrai, un certain délai dà» aux élections législatives et à la reprise du travail parlementaire.
Dans ma lettre de février 2012, je regrettais à la fois les conditions de mise en place du cadencement, opération recouvrant plusieurs types d’adaptations, l’absence d’étude indépendante sur les conditions de réorganisation, l’accès parfois difficile des usagers aux rames du fait d’une insuffisance de places, la fermeture du service commercial dans les gares certains jours et l’absence d’une étude sur l’utilisation de la voie entre Connérré et La Ferté-Bernard.

Dans votre courrier, vous m’indiquez que la Région avec la SNCF tient un suivi précis des causes de perturbation. Je note que pour le train de 7 h 36 partant du Mans, huit retards ont été enregistrés en janvier 2012 soit un incident dans 36 % des circulations. Si vous indiquez que les motifs sont variés au moins quatre relèvent de pannes de matériels soit dans 20 % des circulations ce qui pose la question de la maintenance et de la prévention des avaries.

Vous m’écrivez aussi que la faisabilité financière et technique d’un train supplémentaire entre Nogent-le-Rotrou après 16 heures a été étudiée par la SNCF qui a conclu à l’impossibilité de sa mise en oeuvre.
Par ailleurs concernant ma demande de trains entre Connérré et La Ferté-Bernard, vous me précisez que la SNCF l’a étudiée de façon approfondie mais là encore l’a considérée comme complexe techniquement et irréalisable financièrement.

Enfin concernant la fermeture des gares, vous m’écrivez que si la SNCF doit recueillir l’avis de la Région avant toute décision de diminution de service significative, elle ne peut s’y opposer sauf à compenser financièrement tout ou partie des économies que la SNCF en attend.
Votre réponse très circonstanciée appelle de ma part trois questions et deux propositions.

Je souhaiterais disposer des études techniques et financières à l’appui des décisions de constats d’impossibilité d’aménagement des horaires et circulations existantes opposées par la SNCF.

Je souhaiterais savoir quels sont les moyens d’expertise dont la région dispose sur les éléments techniques et financiers des activités de transports dont la SNCF est l’opérateur.

Je souhaiterais savoir quels types de recherches la Région encourage dans le domaine des transports collectifs. Lors du débat parlementaire organisé fin 2011 par l’Assemblée Nationale à la suite du rapport d’enquête sur la situation de l’industrie ferroviaire française, j’avais suggéré que des liens plus forts entre la recherche-développement française et régionale sur les solutions industrielles, les inventions originales de transports qui, demain, feront nos entreprises et nos exportations adaptée aux besoins de déplacements d’une grande partie de nos concitoyens et d’une majorité d’Européens hors des grandes lignes à très grande vitesse, soient mis en Å“uvre

Par ailleurs je suggère qu’une réunion puisse être organisée avec les usagers sous l’autorité de Monsieur le Préfet de la Sarthe avec la participation de la SNCF et de l’autorité organisatrice des transports qu’est la région pour apprécier les améliorations réalisées depuis le début de l’année et lister les difficultés concrètes restant pendantes.

Enfin je suggère que les laboratoires universitaires des universités de la région puissent être sollicités pour contribuer à l’examen des mesures de mise en oeuvre de la politique du transport ferroviaire et apporter leurs compétences et savoir-faire dans l’étude des demandes nouvelles. Leur apport permettrait probablement de développer une expertise de haut niveau sur ces questions tout en ayant un rapport plus distant avec les réalisations que ne peut l’avoir l’opérateur fortement sollicité par la gestion au quotidien.

Je vous remercie de bien vouloir m’informer des suites que vous pourrez donner à mon courrier.
Vous remerciant par avance de votre attention, je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l’assurance de mes salutations distinguées.

Marietta KARAMANLI