Marietta KARAMANLI plaide auprès du Premier ministre et du Président de l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU) pour des moyens complémentaires en faveur de la poursuite de la rénovation de quartiers du Mans

dimanche 1er mars 2015

J’ai écrit à Manuel VALLS Premier ministre (fin décembre) et à François PUPPONI, député et nouveau Président de l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU) (en février) pour leur demander que les quartiers de notre circonscription sur le Mans, ceux des Sablons-Bord de l’Huisne et Glonnières, fassent l’objet d’un nouvel examen attentif dans le cadre des aides et accompagnements du programme national de renouvellement urbain, et ce, au titre d’une liste complémentaire de quartiers éligibles.
Ma demande est motivée par le constat d’une population aux revenus modestes et souvent précarisée.
Mon objectif est que cet accompagnement se fasse sur des projets ayant une cohérence d’ensemble traitant à la fois de l’accompagnement des personnes ; de l’accessibilité et de l’attractivité des territoires urbain enfin de l’amélioration de l’habitat et de la gestion économe des ressources.
Soucieuse de notre ville, d’un développement urbain équitable, stable et durable, pour nos quartiers et ses habitants, ma démarche s’inscrit dans les initiatives que j’avais annoncées en vue de concilier protection, responsabilités et amélioration collective.
Je ne manquerai de saisir les opportunités pour améliorer la vie quotidienne de nos concitoyens.
Marietta KARAMANLI

Extraits de ma lettre aux responsables nationaux

Je me permets d’attirer votre attention sur l’inscription des quartiers du Mans « au programme national de renouvellement urbain et des fonds régionaux correspondants au titre des prochains contrats de projets Etat-régions (CPER).  »

Mes arguments

D’une part la Ville du Mans a une part significative de population pauvre. Une étude établie par le Conseil économique, social et environnemental du Conseil régional des Pays de la Loire de mars 2012, libellé « FOCUS : la situation des travailleurs pauvres dans la région des Pays de la Loire », a montré, en partant des données relatives aux minima sociaux et aux prestations sociales, que la part de la population pauvre y était plus importante que dans toute autre agglomération des Pays de la Loire.

De façon complémentaire les « Eléments de diagnostic pauvreté €“ inclusion sociale dans les Pays de la Loire », établis par le Préfecture de Région et l’INSEE (octobre 2013), mettent en évidence que la Sarthe compte le plus grand nombre de personnes pauvres de tous les départements de la région, avec une surreprésentation dans les quartiers urbains. Le document identifie des quartiers à difficultés et sous le vocable « fortement hétérogènes », et cite, avec deux autres, les quartiers des Sablons et des Ronceray-Glonnières.

Cette situation est malheureusement confortée par certains constats opérés en matière de réussite scolaire. Dans plusieurs quartiers concernés, malgré les efforts déjà faits, les évaluations mettent en évidence des écarts négatifs entre les résultats locaux et nationaux, les résultats des élèves sarthois restant en deçà de ceux constatés au plan national et les différences se creusant entre les meilleurs et les plus faibles.

Enfin, en termes de ressources, la Cour des comptes dans son rapport 2014 sur les collectivités territoriales a constaté qu’au regard de leurs ressources fiscales le niveau de richesse des 41 communes de plus de 100 000 habitants connaît lui aussi de grandes inégalités. En 2013, l’écart-type entre communes représentait 19,8 % de la moyenne. Quatre communes (Le Mans, Brest, Villeurbanne et Amiens) avaient des ressources fiscales par habitant inférieures de plus de 25 % à la médiane (entre 551 ‚¬ par habitant et 608 ‚¬ par habitant).

Ma demande

Dans ces conditions je demande que des moyens complémentaires soient alloués ( ) permettant de mener des projets ayant une cohérence d’ensemble : accompagnement des personnes ; accessibilité et attractivité des territoires urbains ; amélioration de l’habitat et gestion économe des ressources ;

Mes suggestions

Je pense que le logement social ; l’insertion sociale et l’intégration professionnelle ; l’accompagnement des jeunes dans et hors l’école ; les relations avec les parents ; le développement d’activité sportives et culturelles sont autant de vecteurs pour faire passer le message républicain et travailler sur le terme en évaluant régulièrement les actions et les retours.

Un complément de programme sous un thème fort « Solidarité et respect » ou « L’impossible résignation : sécuriser les personnes et le progrès » devraient être privilégiés.

...

Vous remerciant par avance pour l’attention que vous voudrez bien porter à ce dossier,
Je vous prie de croire, Monsieur le Premier Ministre / Monsieur le Président, à l’assurance de mes salutations les meilleures.