Marietta KARAMANLI "Mobilisée pour défendre, à l’Assemblée Nationale, les Pays de la Loire une région qui a su créer son identité et qui fait le choix de l’avenir"

vendredi 2 janvier 2015

Je suis intervenue, entre autres, le 20 novembre 2014 lors de la discussion du projet de loi portant délimitation des régions pour défendre le principe du maintien de la région des Pays de la Loire que certains élus auraient aimé voir « démantelée » avec le départ du département de Loire-Atlantique en Bretagne et une recomposition des autres département avec ceux du Centre.
J’avais déposé un amendement visant à limiter le droit d’option des départements quand leur départ pouvait déséquilibrer la région.
La mobilisation a payé et notre région qui a développé de nombreuses infrastructures qui desservent nos territoires et est tournée vers le futur a gagné son avenir !
Je m’interroge sur l’initiative prise après l’adoption de la loi par plusieurs députés de l’opposition (UDI) visant à ce que les Pays de la Loire rejoignent la Bretagne sous le titre "Give me five"( traduction "Donne m’en cinq"...)...j’espère que les élus de la même formation dans les Pays de la Loire pourront expliquer aux habitants de notre région pourquoi ile ne soutiennent pas cette orientation...
En tout cas, pour moi le choix d’une région Pays de la Loire, forte et cohérente, est un choix d’identité et d’avenir.
Retrouvez mon intervention lors de la séance publique

Assemblée nationale, XIVe législature, Session ordinaire de 2014-2015
Compte rendu intégral, Première séance du jeudi 20 novembre 2014

Délimitation des régions et modification du calendrier électoral
Discussion des articles (suite)

M. le président.

La parole est à Mme Marietta Karamanli.

Mme Marietta Karamanli.

Beaucoup de choses ont été dites et bien dites. Je salue tous les propos tenus par mes collègues, à commencer par le président du groupe SRC, Mme Bechtel, Mme Clergeau, Mme Bulteau, M. Piron. N’oublions pas que nous sommes des législateurs et des représentants de la nation tout entière, la France. Or, depuis la première lecture, je suis quelque peu choquée par les propos régionalistes qui ont été tenus et qui opposent les territoires. Je vous le dis très simplement : je ne suis ni de Nantes, ni de Rennes, je suis d’Athènes, et j’ai choisi ce pays, qui m’a adoptée, pour ce qu’il représente dans sa totalité.

Mme Marie-Françoise Bechtel.

Très bien !

Mme Marietta Karamanli.

J’ai étudié très attentivement l’étude d’impact. Ce projet tend à ce que les régions françaises atteignent une taille qui leur permette d’exercer à bonne échelle leurs compétences.
Il s’est appuyé aussi sur la notion de PIB régional total et par habitant.
Je suis attachée à l’exercice du droit d’option à la majorité des trois cinquièmes, décidé en première lecture. Je tiens également à ce que l’on respecte les critères définis dans l’étude d’impact.
Que se passe-t-il si un département qui représente près de 40 % du PIB d’une région quitte sa région d’origine ? Que devient le reste de la région ? Si nous n’avons pas pu constituer une région plus importante, ce n’est pas grave, nous continuerons à travailler ensemble, mais ne défaisons pas, ne désorganisons pas, au nom de notre pouvoir de législateur, l’ensemble de notre territoire.

(Applaudissements sur les bancs du groupe SRC.)