« Une autre facette de mon travail parlementaire (2) : le groupe d’amitié FRANCE-GRECE » par Marietta KARAMANLI

dimanche 18 octobre 2015

Quelques membres, députés et personnalités présents lors de la réunion du 7 octobre 2015

Comme indiqué dans mon précédent article d’autres « lieux » et organes de l’Assemblée font l’objet d’un travail en continu, même si l’activité réalisée en leur sein ne fait l’objet ni de comptes rendus ni d’un bilan.
Parmi eux, les groupes d’amitié institués au sein de l’Assemblée. Ils regroupent comme l’indique le site de l’Assemblée Nationale « les députés qui ont un intérêt particulier pour un pays étranger. Leur but premier est de tisser des liens entre parlementaires français et étrangers ; ils sont également des acteurs de la politique étrangère de la France et des instruments du rayonnement international de l’Assemblée nationale. » Depuis 2012 je préside le groupe FRANCE-GRECE (j’en étais la Vice-présidente depuis 2007). Il rassemble 45 députés de tous les groupes parlementaires et de toutes opinions.
Ce groupe a pris plusieurs initiatives significatives.

Quelques députés et invités lors de la réunion du groupe d’amitié FRANCE-GRECE du 7 octobre {}

Le groupe a dans les précédents mois invité l’Ambassadeur de GRECE en FRANCE à venir présenter les priorités de la GRECE lorsqu’elle a présidé le Conseil de l’Union européenne et la présidence de l’Union européenne.
Il a entendu Parallèlement l’Ambassadeur de FRANCE en GRECE, venu témoigner des évolutions économiques, sociales et politiques récentes en GRECE.
Le groupe a aussi accueilli un Président de chambre honoraire de la Cour des comptes française pour une présentation des enjeux du contrôle et de l’évaluation des finances publiques dans une approche comparée entre nos deux pays.
Par ailleurs le groupe s’est investi dans l’établissement de relations entre diverses institutions des deux Républiques.
Le groupe s’intéresse, entre autres, aux coopérations entre collectivités territoriales.
Bien que ne disposant pas de fonds permettant d’aider les projets, le groupe entend jouer un rôle d’accompagnement dans les démarches et d’appui aux réseaux.
Lors d’une récente réunion le 7 octobre 2015, les participants ont rappelé que les entreprises françaises étaient bien implantées en GRECE et que les services de l’Ambassade de France pouvaient apporter une aide significative en direction des nouvelles entreprises intéressées, que les associations d’élus des deux côtés étaient dynamiques et que des exemples de coopérations réussies illustraient ces possibilités de rapprochement (comme celle de la commune de LEUCATE, dans l’AUDE, avec la ville de LEFKADA) que les organisations humanitaires comme le Secours Populaire avaient pris des initiatives en faveur des populations fragilisées par la crise.
Comme je l’ai dit, notre groupe entend, au-delà des relations entre assemblées que viennent illustrer et concrétiser des visites dans chacun des pays et au sein de chaque parlement, développer des relations fondées sur la connaissance des enjeux actuels, sur des projets mobilisateurs pour tous, et sur le dynamisme des relations directes que nos assemblées parlementaires peuvent encourager, mieux faire connaître et consolider.
Il s’agit d’un travail de longue haleine, peu visible mais réel.
Marietta KARAMANLI