Marietta KARAMANLI « Mieux protéger la santé des Français face aux risques que comportent les régimes amaigrissants »

lundi 29 août 2011

Dans une question posée parue au journal officiel du 26 juillet dernier, je m’inquiète de l’absence d’information indépendante et transparente sur les régimes amaigrissants qui seraient "de nature à générer des troubles du comportement alimentaire et à terme à faire grossir »€¦Dans un avis rendu en mai 2011 l’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail, estime que la recherche de la perte de poids sans indication médicale formelle comporte des risques dont il convient d’informer les populations concernées et que toute démarche de perte de poids nécessite une prise en charge spécialisée adaptée, au mieux dans un cadre interdisciplinaire (médecin traitant, diététicien, médecin endocrinologue, médecin nutritionniste, professionnel de l’activité physique, psychologue).
Je suggère donc qu’une information sous forme de mise en garde apposée sur toute publication ou publicité faites en faveur d’un régime amaigrissant soit faite accompagnée le cas échéant de quelques conseils simples et nécessaires.
J’ai demandé au ministre les mesures qu’il entend mettre pour améliorer la santé des Français face aux régimes amaigrissants.

Le texte intégral de ma question écrite au ministre de la santé

Question N° : 115118 de Mme Marietta Karamanli ( Socialiste, radical, citoyen et divers gauche - Sarthe )

Question écrite
Ministère interrogé > Travail, emploi et santé Ministère attributaire > Travail, emploi et santé

Rubrique > consommation Tête d’analyse > protection des consommateurs

Analyse > traitements amincissants. contrôles

Question publiée au JO le : 26/07/2011 page : 8016

Mme Marietta Karamanli attire l’attention de M. le ministre du travail, de l’emploi et de la santé sur l’information au public concernant les régimes alimentaires.
À l’occasion d’un récent procès judiciaire, des médecins se sont opposés sur la balance des bienfaits et des inconvénients de régimes qu’ils prescrivaient ou soutenaient.
De façon plus générale, des médecins mettent en garde contre les régimes qui seraient de nature à générer des troubles du comportement alimentaire et à terme à faire grossir.
Pourtant de très nombreux journaux et ouvrages préconisent tout au long de l’année un ou des régimes amaigrissants utilisant l’inquiétude des individus face à l’épidémie d’obésité et une forme de culte de la performance sur le corps.
Dans un avis rendu en mai 2011 et relatif à la demande d’évaluation des risques liés aux pratiques alimentaires d’amaigrissement, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail, estime que la recherche de la perte de poids sans indication médicale formelle comporte des risques dont il convient d’informer les populations concernées, que toute démarche de perte de poids nécessite une prise en charge spécialisée adaptée, au mieux dans un cadre interdisciplinaire (médecin traitant, diététicien, médecin endocrinologue, médecin nutritionniste, professionnel de l’activité physique, psychologue).
Elle souligne également que l’évolution des habitudes alimentaires doit être associée à l’introduction, au maintien voire à l’augmentation d’une activité physique régulière. Une information sous forme de mise en garde apposée sur toute publication ou publicité faites en faveur d’un régime amaigrissant serait utile et efficace.
Celle-ci pourrait s’accompagner de quelques conseils simples et nécessaires comme « manger de tout en moindre quantité », « savoir manger avec plaisir et faim », « savoir refuser », « pratiquer une activité physique régulière », etc.
Elle lui demande de lui préciser s’il partage sa préoccupation, entend mettre en oeuvre une telle suggestion et propose d’autres solutions pour améliorer la santé des Français face aux régimes amaigrissants.