Marietta KARAMANLI demande pour les usagers du TGV, des tarifs moins élevés entre LE MANS et PARIS

jeudi 18 août 2016

Par une question écrite parue au journal officiel le 9 août 2016, j’ai interrogé le secrétaire d’Etat chargé des transports sur plusieurs points.
D’une part il y a l’augmentation des tarifs des abonnés dits « fréquence » qui, en contrepartie, de leur titre acheté pour quelques mois, paient 50 % du prix d’un billet sans réduction entre Le Mans et Paris ; l’augmentation du prix du billet est d’un peu plus de 10 % au début juillet 2016 sans aucune explication.
Parallèlement certains TGV, constitués de deux rames en partance du MANS vers MASSY, sont proposés à des tarifs différents suivant la rame empruntée alors même qu’il s’agit du même train sans service différencié ; le système de réservation devrait pouvoir adapter en temps réel le tarif puisque dans les deux rames des places sont disponibles à partir de notre ville.
Enfin j’ai réitéré la proposition que je défends depuis plusieurs années à savoir de tarifs moins élevés entre Paris et Le Mans pour les usagers sur cette partie de la ligne à grande vitesse avec un alignement des tarifs au kilomètre vers ceux pratiqués sur la ligne vers les autres métropoles régionales qui sont moins chers.
J’ai renouvelé, aussi, ma demande d’une information des usagers sur le tarif médian pratiqué sur la ligne l’année précédente (le prix médian est le prix payé pour un déplacement qui sépare en deux les prix : 50 % sont au-dessus, 50 % sont au-dessous).
Je regrette que mes demandes relatives aux tarifs, visant à préserver l’accès du train à grande vitesse depuis LE MANS ou, à sa destination, depuis PARIS ou MASSY n’aient pu jusqu’ici être davantage prises en compte...je suis mobilisée et je le reste sur cette question importante pour la desserte du MANS, son développement économique et l’égalité entre usagers, un des principes du service public à la Française.
Je suis persuadée que des évolutions positives sont possibles et interviendront avec la mobilisation des élus, des usagers et de leurs associations, des collectivités départementales et régionales si celles-ci y prêtent plus d’attention qu’aujourd’hui.
Marietta KARAMANLI

Question N° 98505, de Mme Marietta Karamanli (Socialiste, écologiste et républicain - Sarthe )
Question écrite
Ministère interrogé > Transports, mer et pêche
Rubrique > transports ferroviaires / SNCF / tarifs. augmentation.
Question publiée au JO le : 09/08/2016 page : 7206

Texte de la question

Mme Marietta Karamanli attire l’attention de M. le secrétaire d’État, auprès de la ministre de l’environnement, de l’énergie et de la mer, chargée des relations internationales sur le climat, chargé des transports, de la mer et de la pêche sur la politique tarifaire de la SNCF.
En effet depuis le 1er juillet 2016, les abonnés dits « Fréquence » sur la ligne LGV entre Le Mans et Paris ou Massy bénéficiant d’un tarif de 50 % à raison de leur utilisation régulière et importante du TGV notamment pour des motifs professionnels ont vu les tarifs pratiqués à leur égard augmenter de 11 % (de 22 euros à 24,5 euros) pour les trains les moins chers.
Parallèlement, il a pu être constaté que le prix des billets depuis Le Mans pour un même train en partance pour Paris ou Massy pouvait varier en fonction de l’origine des deux rames composant ledit train.
Cette situation apparaît anormale alors même que le nombre global de places disponibles au moment où le voyageur prend son billet est le même et ne varie pas en fonction d’autres éléments de remplissage.
Une nouvelle fois, elle lui demande de bien vouloir exercer son pouvoir de contrôle sur la tarification des billets de la SNCF sur la ligne LGV applicables aux usagers et abonnés empruntant la ligne LGV Le Mans et Paris.
Elle lui renouvelle sa demande d’un réexamen de la situation des usagers manceaux et sarthois et la fixation d’écarts de prix moins élevés sur ce tronçon de la ligne LGV par rapport à ceux pratiqués sur les tronçons menant aux autres grandes métropoles du Grand Ouest.
Elle réitère sa demande que le tarif médian hors cartes d’abonnement des billets émis pour le trajet considéré pendant l’année antérieure soit connu comme l’avait suggéré un rapport parlementaire dès 2008.