Marietta KARAMANLI

Députée de la SARTHE, 2ème circonscription, "Avec vous et pour vous"

Marietta KARAMANLI sur la chaîne LCP  » Pouvoir d’achat : les plus modestes pénalisés ; fonction publique, ne pas l’affaiblir quand on a besoin d’agents en nombre et qualifiés »

 

Le 7 Février j’étais l’invitée de la chaîne de télévision LCP pour « continuer » et commenter la séance des questions d’actualité au Gouvernement.

Au sommaire, étaient évoqués, entre autres, les Inquiétudes sur le pouvoir d’achat et les changements prévus dans la fonction publique.

Sur le pouvoir d’achat, j’ai insisté sur une diminution de celui-ci lié au fait pour le gouvernement d’avoir repoussé les mesures favorables (suppression de la taxe d’habitation, revalorisation de la prime d’activité ) et d’avoir décidé et appliqué d’emblée des hausses (hausse du gazole et de l’essence,  péages, cigarettes,  forfait hospitalier,  mutuelles, assurances, gaz, l’électricité, et fioul, pour celui-ci plus de 12 % de hausse en moyenne.

Sont évidemment touchés les retraités, les plus modestes et ceux qui habitent dans nos villages et hors des zones urbaines (notamment à raison des dépenses de voiture).

Sur la fonction publique, j’ai insisté sur le point de savoir si la fonction publique pour laquelle on, annonce 120 000 suppressions de postes ,était considérée comme ayant trop d’agents ; y a-t-il trop de médecins et infirmiers dans nos hôpitaux, trop d’enseignants, trop de policiers? Je note que 80 % des dépenses du budget de l’Etat  ne sont pas des charges de personnel et que dans la plupart des Etats européens la dépense quand on prend en compte le secteur non marchand financé par des impôts, taxes ou cotisations obligatoires, la dépense est comparable. Concernant les agents publics, ils apparaissent les mal aimés (aucune revalorisation du point d’indice pendant 10 ans sauf à la fin du quinquennat précédent, mise en cause de leur statut…). Je note aussi que d’ores et déjà 20 à 25 % des agents sont des contractuels.

Je me pose donc la question de savoir si, à force de ne pas revaloriser et de mettre en cause, l’Etat n’aura pas du mal à recruter les plus qualifiés dans les domaines de la santé, de l’éducation et de police, là où les agents publics doivent être en nombre mais aussi qualifiés.

Comme je l’ai dit les Français font déjà beaucoup d’efforts, la question est de savoir si les mesures prises ne vont favoriser les plus riches ce que montre une étude de l’L’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE)  organisme indépendant de prévision, de recherche et d’évaluation des politiques publiques.  Selon cet organisme seuls les 2 % les plus riches devraient sortir gagnant.  Je cite « En moyenne sur 2018, les mesures fiscales et budgétaires auraient un effet quasi-nul sur le pouvoir d’achat global. En revanche, en ce qui concerne l’impact redistributif des mesures nouvelles pour les ménages, celles-ci devraient être en 2018 largement au bénéfice des 2 % de ménages du haut de la distribution des revenus qui sont ceux qui détiennent l’essentiel du capital mobilier« .

Retrouvez mes réactions et commentaires

http://www.lcp.fr/emissions/questions-dactualite-la-seance-continue/286670-marietta-karamanli-et-sophie-auconie

Voir la publication de l’OFCE

https://www.ofce.sciences-po.fr/pdf/dtravail/WP2018-01.pdf

Source photo : capture d’écran sur la vidéo de l’émission sur la site de la chaîne de télévision LCP

 

%d blogueurs aiment cette page :