Marietta KARAMANLI, classée parmi les 10 % de député(e)s Français les plus actifs et 1ère en Sarthe « Un classement utile et significatif qui ne résume pas toute l’activité législative et de contrôle des députés »

vendredi 28 mai 2010

Un nouveau classement des députés a été établi par le journaliste Vincent NOUZILLE et le site Lesinfoscom (http://lesinfos.com/2010/05/17/classement-des-deputes-2010/ ) sur la période la plus récente. Je suis classée 52ème sur 575 députés actuellement en activité, deux sièges étant dans l’attente d’être pourvus après élection. Je suis dans les 10 % de députés les plus actifs et suis nettement en tête de l’activité des cinq députés sarthois telle qu’elle est mesurée au travers de quatre critères (interventions en séance publique, interventions en commission, nombre d’avis et de rapports et nombre de propositions de loi).

Comme je l’ai déjà écrit ce classement ne peut résumer à lui seul l’activité d’un parlementaire.

Me concernant un certain nombre de travaux ne sont pas retranscrits dans les statistiques de l’Assemblée Nationale ce sont par exemple les travaux menés pour le compte de l’AN dans les institutions où j’en suis la représentante.

Je suis membre de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe : j’ai ainsi déposé une proposition de recommandation relative à l’élaboration d’une politique européenne de prévention du surpoids. Le texte appelle de ses voeux l’adoption d’une véritable réglementation à l’échelle continentale visant spécifiquement la publicité et la mise en oeuvre d’une lutte contre les discriminations touchant les personnes souffrant d’obésité.

Par ailleurs j’ai été nommée rapporteure au nom de la commission des questions sociales, de la santé et de la famille du texte sur les mesures sociales, l’éducation et la réadaptation de jeunes délinquants. Je suis aussi membre de l’Assemblée Parlementaire de l’Union de l’Europe Occidentale et actuellement rapporteure pour le suivi de la politique de sécurité et de défense commune dans les parlements nationaux et au Parlement européen. Toutes ces activités faites pour le compte de l’Assemblée Nationale ne figurent même pas dans mon bilan sur le site internet de l’Assemblée Nationale.

De plus d’autres critères pourraient être pris en compte : j’ai ainsi posé plus de 300 questions, 330 questions étaient en ligne cette semaine (d’autres attendent l’enregistrement au Journal Officiel) alors que mon prédécesseur UMP en avait posé 90 pendant toute la législature ! Par ailleurs j’ai déposé 1839 amendements comme auteur ou cosignataire€¦j’ai fait grosso modo 850 fois mieux que Nicolas Sarkozy quand il était député (deux amendements !). Je suis aussi l’auteur de sept rapports. Et évidemment je suis intervenue à de nombreuses reprises dans des débats en séance ou commission.

Je ferai quatre observations complémentaires.

La première est que le niveau d’activité dépend de trois éléments peu ou pas pris en compte : l’activité de la commission dont vous êtes membre, elle-même calée sur les initiatives du gouvernement ; votre position dans les instances de l’Assemblée ou de votre groupe politique qui dépend elle-même souvent de votre ancienneté comme député(e) cette situation vous offrant plus facilement certaines opportunités à rapporter ou émettre un avis ; enfin la qualité c’est-à-dire la pertinence de vos interventions n’est pas mesurable€¦et donc pas mesurée. A cet égard je note que certains députés interviennent beaucoup en interjetant et en interrompant un orateur€¦leur intervention étant alors comptée€¦Me concernant j’essaie toujours de donner un sens global à mon intervention ce qui n’exclut pas d’essayer un peu d’humour€¦On peut être sérieux(se) sans être ennuyeux€¦

La seconde observation porte sur le travail invisible c’est à dire préalable et non comptabilisé comme initiative qui est fait : pour ne prendre que ces deux exemples de cette semaine du 24 mai, j’ai présidé une table ronde de la mission d’information commune sur les droits de l’individu dans la révolution numérique (dont je suis la vice-présidente) http://www.assemblee-nationale.fr/13/tribun/xml/organe.asp?id_organe=xml/organes/423569.xml et pour le compte-rendu de la table ronde http://tempsreel.nouvelobs.com/dossier/libertes-sous-pression/20100526.OBS4524/les-deputes-tentent-de-concilier-droits-de-l-homme-et-internet.htmlet) , j’ai aussi auditionné comme vice-présidente du groupe socialiste chargé de l’enseignement supérieur un Président d’Université.

La troisième observation est que j’ai le souci de concilier ma présence active à l’Assemblée avec une présence aussi active sur le terrain : les permanences, les manifestations, les réunions et rencontres locales me permettent et me servent à « nourrir » mes interventions générale et bien évidemment sont l’occasion de soutenir les projets collectifs et individuels de tous ceux qui me sollicitent. Vos encouragements et échanges me montrent que je ne faillis pas à cette tâche.

Ma dernière observation concerne ma préoccupation de garder un peu de temps pour m’occuper de ma famille : quatre enfants de 20, 18, 14 et 3 ans et une vie de couple sont des éléments d’équilibre me permettant aussi de travailler avec envie et volonté au service de tous et de la justice sociale. Cette vie de famille permet aussi de comprendre bien de choses de la vie quotidienne et des difficultés rencontrées par nos concitoyens pour faire face aux aléas et tracas pratiques qui les assaillent.

Cordialement

Marietta KARAMANLI