Marietta KARAMANLI " Mes voeux pour aller de l’avant, rendre la loi plus efficace et plus juste, faire que chacun soit reconnu pour ce qu’il est et entreprend"

samedi 13 février 2010

Les 23 et 30 janvier derniers, j’ai eu l’occasion de présenter respectivement à Saint Mars La Brière puis au Mans mes vÅ“ux pour 2010. Vous étiez au total plus de 1000 personnes (élus, responsables associatifs et citoyens) à avoir répondu en cette fin janvier. Ce fut le moment pour moi de souhaiter à tous une bonne santé, qui est non seulement l’absence de maladie et souffrance mais aussi la régénération et le renouvellement qui donnent l’envie d’aller de l’avant, de rappeler le rôle du (de la ) député(e) qui n’est pas seulement de voter les lois ( à mon avis qui sont ceux trop nombreuses qui étant conçues comme un expédient de dire qu’on a fait quelques chose sans y consacrer les moyens utiles) mais aussi de faire qu’elles combattent les inégalités et l’injustice, enfin d’appeler à ce que chacun dans sa vie personnelle, professionnelle et sociale soit reconnu pour ce qu’il est et souhaite faire. J’ai dit ma volonté d’être à vos côtés pour aider vos demandes personnelles et projets collectifs. Un verre amical a conclu chacune de ces rencontres. Au Mans le groupe pop orientale « Boule à facettes » et le slameur « Saint €“Michel » ont donné un aperçu de leurs grands talents. Qu’il soient, ici, remerciés !

Madame, Monsieur, Cher(e)s Ami(e)s,
2010 est là !

Vous être venus nombreux à cette rencontre qui marque à sa façon le début, du moins, le premier mois de la nouvelle année. Je vous en remercie.

Déjà la semaine passée à Saint Mars la Brière, j’ai eu l’occasion d’adresser à une partie de nos concitoyens mes voeux
Mon propos est organisé autour de trois voeux.

Mon premier vœu

Je souhaite que cette nouvelle année soit synonyme pour tous de santé.
Nous attachons tous légitimement à celle-ci une grande importance.
Dans l’antiquité grecque le dieu de la santé était Asklépios€¦
On le disait né en Thessalie, la région où je suis moi-même née en Grèce.
Peut être ne le savez vous pas mais dans la mythologie grecque, les Dieux nous ressemblent, ils font certes des miracles mais leurs sentiments sont humains : bons, mauvais, jaloux, coléreux, animés par la vengeance ou la bonté etc€¦
Asklépios était le seul Dieu exclusivement bienfaisant et son symbole le serpent que l’on voit encore de nos jours dans le caducée des médecins était une couleuvre inoffensive pour les hommes qui représentait les mues et donc la régénération et le renouvellement de la vie.
Aussi quand nous nous souhaitons une bonne santé notre vÅ“u est celui d’échapper à la maladie et aux souffrances mais aussi plus sà»rement que notre vie, ici, soit meilleure, prenne un nouveau tour ou dispose d’une énergie nouvelle pour nous emmener le plus loin possible.
Donc mon vÅ“u de santé comporte aussi celui de vous voir réussir ce que vous entreprendrez et d’aller mieux.

Au-delà de ce propos, je souhaite vous exposer deux autres vÅ“ux qui vous concernent et me concernent aussi directement.

Mon deuxième vÅ“u concerne la façon dont collectivement le Gouvernement et le Parlement font la loi

Députée, il est normal que celle qui vous représente vous en dise quelques mots.
Savez vous, je cite de mémoire, qu’il y a aujourd’hui en France plus de 10 000 lois en vigueur, 120 000 décrets (ce sont les textes que prend seul le Gouvernement) , plus de 7 000 traités et accords internationaux ; chaque année on estime qu’il y a une centaine de textes européens qui viennent en plus s’appliquer dans notre droit directement ou après intervention du législateur français pour les transposer !
Je ne vous parle pas des centaines de milliers d’arrêtés que prennent chaque année l’ensemble des collectivités territoriales.
La petite phrase « Nul n’est censé ignorer la loi », adage qui date des romains, est plus que jamais une fiction c’est-à-dire quelque chose d’irréel mais dont l’effet utile est de permettre au système de fonctionner.

Si cela a toujours été le cas, pourquoi en parler aujourd’hui ?
Eh bien deux motifs m’amènent à le faire.
Première raison cette inflation de textes est dangereuse
Il y a quelques semaines, nous avons eu à débattre d’une proposition de loi déposée par le Président de la Commission des Lois avec l’aide du Gouvernement, appartenant tous à la même majorité, une loi donc, dite « de simplification et d’amélioration de la qualité du droit ».
Ce texte fourre-tout comportait plus de cent cinquante articles modifiant près de cinquante-six lois, cinq ordonnances, quatre décrets et quarante-huit codes !
Personne n’était en mesure de savoir précisément ce que seraient et seront les effets de cette loi !
Je vais vous faire dire mon sentiment sur cette inflation législative : faire des lois donnent bonne conscience et surtout ne coà»tent pas cher.
Faire des lois de cette façon est et sera source de mécontentements :
- on ne règle que formellement le ou les problème(s),
- on n’y met pas les moyens opérationnels qu’il(s) justifie(nt) le cas échéant après avoir choisi ce que sont ou devraient être les priorités financières,
- on crée l’illusion de s’être occupé des gens et de leurs difficultés et quand ils s’apercevront que cela ne marche ils auront bien des raisons de critiquer ceux qui le gouvernent. Je souhaite juste qu’ils soient équitables et fassent la différence entre ceux qui auront justifié le système et ceux qui s’y seront opposés

L’autre motif qui m’amène à en parler c’est que la loi et le droit ne sont pas, ou plus, aujourd’hui synonymes de justice.
Certes le droit, qui a des origines religieuses et sacrées, a toujours eu une part « technique » mais il devait, pour ceux qui en pensé l’importance notamment chez les grands juristes qu’étaient les Romains (on revient encore à l’Antiquité !), avoir une part d’universalité et poursuivre un but de justice.
Comme l’a dit plus tard, Condorcet au moment de la Révolution française les lois doivent faire souffrir les inégalités.
Malheureusement ce n’est pas trop le cas aujourd’hui : le ton dominant des règles est de considérer que la priorité est à donner à la reconnaissance du mérite de quelques uns en oubliant les autres [qui étant dans le même chemin finiront bien par y arriver seuls] !
Je ne prendrai que quelques brefs exemples :
Entre 2007 à 2012 le paquet fiscal qui aura coà»té à l’Etat environs 65 Milliards d’Euros au bénéfice de quelques uns aura creusé d’autant le déficit public payé par tous.
En 2010 les intérêts de la dette de l’Etat seront avec 42, 5 Milliards d’euros le deuxième programme de l’Etat en montant ; ils constituent à bien des égards une redistribution à l’envers puisque les plus modestes d’entre nous paient ce que l’Etat doit à des investisseurs et aux plus riches qui ont prêté !
La baisse de la TVA de près de 15 % dans les cafés restaurants aboutit à une baisse des prix de 1,6 % et les 40 000 emplois attendus seraient en fait 6 000 ! J’ai calculé, avec la même somme, nous pouvions créer 120 000 emplois d’intérêt général, payés au SMIC, pour les jeunes !

Dans un registre très, différent la suppression de l’histoire en terminale, elle-même, ressort à une logique d’absence de prise en compte de ce qu’ensemble des hommes font !

Ces orientations je ne les partage et chaque semaine je me bats pour une politique efficace et juste !

En voilà fini de mon deuxième voeu !
Voici maintenant mon troisième qui sera plus court mais qui a à voir avec ce que je vous ai dit précédemment

Mon dernier vÅ“u pour 2010 est que chacun d’entre vous soit dans sa vie personnelle, professionnelle et sociale mieux reconnu, reconnu pour ce qu’il est foncièrement et pour ce qu’il veut faire.
Cette reconnaissance nécessite de ne pas s’arrêter aux apparences et aux appartenances mais d’être sensible à la dignité de chacun et à ses projets.

Me concernant je ferai tout mon possible pour accompagner vos demandes et appuyer vos initiatives qu’elles soient personnelles, associatives, institutionnelles.
A toutes et à tous une très bonne année 2010 !

Marietta KARAMANLI

Avec les élus à la salle Jean Moulin le 30 janvier , Christophe COUNIL Conseiller général du canton Le Mans Sud Est et Jean-Claude BOULARD, Maire du Mans comme élus du canton et maire de la ville ont accueilli l’ensemble des personnes présentes aux côtés de Marietta KARAMANLI

Avec Jimmy LE GOT Maire-Adjoint de la commune de Saint Mars la Brière et Christophe CHAUDUN, Maire de CONNERRE

Le groupe "Boule à facettes" nous a fait partager sa créativité et ses morceaux pop-orientalisante

Le Slameur, Saint-Michel nous a racontés de façon tendre, drôle et entraînante notre pays et nos vies !