"Coopération décentralisée entre SAKOIBA au MALI et ARNAGE, un acte de liberté et de solidarité" par Marietta KARAMANLI

lundi 2 avril 2012

Le 17 mars, j’ai participé à une manifestation réunissant les représentants des communes de SAKOIBA au MALI et d’ARNAGE dans le cadre du partenariat de coopération décentralisée qu’elles ont initié.
Ce fut l’occasion pour moi de rappeler combien un tel type de partenariat est irremplaçable.
Outre les sujets qui comme les écoles, les loisirs, la culture, les projets d’aide techniques sont au cÅ“ur de ce qui devient le projet de deux populations, ce partenariat est exemplaire parce qu’il est fondé sur la volonté et l’apport de chacun, autrement sur la réciprocité.

En compagnie des maires de SAKOIBA et d’ARNAGE

Le texte de mon intervention

Monsieur le Maire de SAKOIBA,
Monsieur le Maire d’ARNAGE,
Mesdames et Messieurs les Elus,
Mesdames et Messieurs,
Cher(e)s Ami(e)s

C’est avec un grand plaisir que je participe à cette manifestation qui s’inscrit dans le cadre de relations déjà fortes entre vos deux communes.
Une convention de partenariat a été conclue entre vous en 2010.
Des échanges multiples ont eu lieu depuis de nombreux mois.
Chaque action menée dans un des divers domaines d’action vient compléter ce qui est fait dans un autre domaine.
De la sorte peu à peu le socle de votre coopération s’agrandit et se consolide.
Je voudrais centrer mon propos autour de trois idées.
Votre partenariat illustre la dynamique irremplaçable des relations directes entre les peuples que ne peut et pourra jamais entièrement satisfaire des relations d’Etat à Etat.
Votre partenariat est un acte de liberté.
Votre partenariat est un acte de solidarité.

I Votre partenariat illustre la dynamique irremplaçable des relations directes entre les peuples que ne peuvent et pourront jamais entièrement satisfaire des relations d’Etat à Etat.
Techniquement la coopération décentralisée qu’illustre votre rapprochement regroupe les initiatives et actions de coopération internationale menées par une collectivité territoriale française d’une part, et une autorité territoriale étrangère d’autre part.
Cela pourrait n’être qu’un accord de jumelage ou une déclaration d’intention.
Mais les premiers bilans de vos actions montrent une diversité d’initiatives locales impliquant directement la ou les populations.
Ecoles, loisirs, culture, projets d’aide techniques sont au cÅ“ur de ce qui devient le projet de deux populations.
En cela il s’agit d’une relation humaine qu’accompagnent les communes et non plus seulement le traitement descendant d’une volonté politique certes légitime venant d’en haut, venant de l’Etat.
En cela il s’agit aussi d’une évolution qui fait passer de l’empathie à la sympathie.
L’empathie c’est la capacité de comprendre.
La sympathie c’est la capacité de partager et de partager des sentiments ensemble.
On le voit ici, l’expérience que vous vivez n’est pas seulement celle d’un intérêt réciproque mais déjà celle d’une communauté à vivre.

Le deuxième point sur lequel je veux insister c’est que votre partenariat est un acte de liberté.
Le partenariat que vous avez établi résulte d’un choix.
Vos communautés ont chacune leur vérité qui n’est que la leur.
Mais l’affirmation de votre identité vous amène à avoir cherché et trouvé une autre communauté qui vous convient bien et je dirais le mieux possible.
L’une et l’autre vous éprouvez dans cette rencontre le sentiment heureux d’être reconnus pour eux-mêmes.
Ainsi de votre liberté naît une volonté commune et extraordinaire.

Enfin le dernier point sur lequel je veux dire quelques mots c’est que votre partenariat est un acte de solidarité.

Les thèmes de la coopération choisis, autour de l’éducation, de l’économie, de la santé, de la culture et de l’accès à l’eau donnent à voir des priorités à partir desquelles la solidarité qui est un sentiment poussant les hommes à s’accorder une aide mutuelle, va s’épanouir.
Mais évoquer la solidarité c’est pour moi mettre l’action sur ce qui est mutuel.
Et très sincèrement je pense que l’Afrique, le MALI, la région de SEGOU et la commune de SAKOIBA ont la capacité de nous apporter un sens des autres et de notre environnement et une confiance entre les hommes qui, aujourd’hui, sont en grand péril ici.
Puissiez-vous ainsi redonner par votre aide et votre exemple, amis de SAKOIBA, le sens de la communauté et la confiance en elle qu’ici nous avons estompés.
Votre solidarité nous sera utile pour ne pas dire indispensable.
Alors par avance une grand merci.
Bon séjour et à nouveau merci.

Marietta KARAMANLI