« Fêtes des écoles 2017, un moment pour donner à voir les créations des enfants et de leurs professeurs, partager la fin d’une année de travail et rêver aux vacances proches » par Marietta KARAMANLI

samedi 1er juillet

La fin d’année scolaire est la période des fêtes d’écoles.

Ce sont des moment privilégiés pour entendre les enfants chanter, faire du théâtre, découvrir leurs créations et créativité , échanger entre parents, goûter les plats faits par les familles, jouer et gagner des lots… rencontrer parents , enseignants et enfants en un même lieu pour un moment de détente ou de découverte des apprentissages.

Réélue j’ai eu à cœur de passer à plusieurs fêtes d’école (entre autres aux écoles Gérard Philipe, Michel Ange, Jules Ferry, Mermoz, Docteur Calmette, Lapierre- Pergaud , Jean Vilar , Inassouvi, Louis Bleriot, Antonio Vivaldi, Gaston Bachelard, Eugénie Cotton, Berthe Hubert, Jean Macé, Mauboussin, Pierre Philippeaux , Gounod, Eluard / Sablonnières au Mans ou encore à celles de Savigné, Saint-Corneille et Champagné…) en fonction des nombreux autres rendez-vous et rencontres d’ores et déjà prévus.

Je n’ai pas que me réjouir de l’accueil des enseignants, parents, et parfois aussi des enfants qui me reconnaissent soit parce que je suis déjà venue dans leur école présenter ce que fait une députée soit parce qu’ils m’avaient vue sur une affiche !
J’ai noté les interrogations des enseignants sur les nouveaux dispositifs prévus par le nouveau gouvernement qui ne doivent pas se faire au détriment de ceux existants quand ils marchent.( Je reviendrai sur ces sujets dans un prochain article).

En tout cas la joie, la fin d’année de travail, le soleil souvent étaient au rendez-vous de nos écoles.

Que les enseignants qui ont préparé les activités, les parents et leurs associations très engagées pour animer, les enfants qui ont travaillé pour livrer leurs créations, soient tous ici remerciés.

Quelques photos prises le dimanche 25 juin 2017, respectivement à l’Ecole publique Louis Blériot au Mans, à l’école publique de Savigné l’Evêque, à celle de Saint-Corneille