"Passage de la nouvelle ligne TGV sur la commune de SAVIGNE L’EVEQUE : affirmer les droits des riverains et habitants" par Marietta KARAMANLI

samedi 17 mars 2012

J’ai écrit le 2 mars dernier au Président de la commission de l’enquête publique sur les acquisitions de terrains par RFF et l’entreprise de construction Eiffage en vue de la réalisation de la future ligne TGV en tant qu’elle traverse la commune de Savigné l’Evêque.
Je soutiens la demande des riverains de la future ligne TGV vers la Bretagne habitant au long de la RD 301 (dite route de Bonnétable) jusqu’à la VC 8 (dite route de Beaufay) pour la réalisation de protections phoniques sous forme d’un mur anti-bruit continu d’une hauteur d’au moins 3,7 mètres et plus si nécessaire. Le nombre de trains actuel et à venir, leur vitesse très élevée à cet endroit, la nature des installations et des matériels ferroviaires (y compris ceux qui seront utilisés par d’autres sociétés que la SNCF) sont de nature à générer des nuisances intenables ou difficilement soutenables.
J’ai fait valoir aussi la nécessité de prendre en compte l’impact du déplacement d’un point d’eau (OH D 130).
J’ai proposé que les modifications des voies soit bien prises en compte tant au plan de l’environnement que de la sécurité.
J’ai fait de même pour les cheminements de randonnées et nature.
Je serai attentive aux suites données à ces demandes.

Sur le terrain avec les riverains et propriétaires concernés le 18 février dernier

Le texte de ma lettre au Président de la commission d’enquête

Monsieur le Président de la Commission d’Enquête
(Arrêté préfectoral n°2011 354-0015 en date du 20 décembre 2011)
Préfecture de la Sarthe

Monsieur le Président de la Commission d’Enquête,

Le projet de nouvelle ligne pour Trains à Grande Vitesse vers la Bretagne et les Pays de la Loire fait l’objet d’une enquête publique parcellaire portant sur l’acquisition par Eiffage Rail Express et Réseau Ferré de France, de terrains nécessaires à la réalisation du projet de Ligne à Grande Vitesse €“ Pays de la Loire (LGV-BPL), en Sarthe concernant, notamment, la commune de Savigné-l’Evêque.

Ce projet appelle, de ma part, les observations suivantes.

Concernant les mesures de limitation des bruits et nuisances sonores

Les riverains Sarthois de la future ligne TGV vers la Bretagne au long de la RD 301 (dite route de Bonnétable) jusqu’à la VC 8 (dite route de Beaufay) demandent la réalisation de protections phoniques sous forme d’un mur anti-bruit continu d’une hauteur d’au moins 3,7 mètres et plus si nécessaire. Le nombre de trains actuel et à venir, leur vitesse très élevée à cet endroit, la nature des installations et des matériels ferroviaires (y compris ceux qui seront utilisés par d’autres sociétés que la SNCF) sont de nature à générer des nuisances intenables ou difficilement soutenables pour jouir normalement d’une habitation au long de la voie. Des situations de ce type ont d’ailleurs été relevée au long de la ligne LGV méditerranée notamment dans le département de la Drôme.

S’agissant du déplacement de la mare et des effets sur le milieu et les cultures

Un point d’eau (OH D 130) sera déplacé. L’impact de sa reconstitution doit être évalué en tenant compte de ses effets tant pour la zone qui était humide que pour la zone d’accueil. Les mesures de prévention et de limitation des risques hydrolauliques doivent être recherchés, rendus publics, et les travaux utiles réalisés.

Pour ce qui des aménagements résultant des recompositions de voies et itinéraires

D’une part, dans la dernière version du projet le tracé de la RD 301 est redessiné avec la construction d’un pont-route qui, par son aplomb, modifie le paysage et va créer des nuisances sonores supplémentaires. Ses effets négatifs doivent être pris en compte et traités.
D’autre part, pour la(es) parcelle(e)s pour lesqua(e)lle(s) les accès sont modifiées la(es) desserte(s)vers les voies de désenclavement doivent être pris en compte.
De plus, le croisement de la RD 301 avec les voies de désenclavement doit être traité en veillant à la sécurité des manÅ“uvres entraînées par les jonctions nouvelles à emprunter.
Enfin de façon générale, les modifications de voiries entraînant des flux de circulations nouveaux doivent être traitées en ayant le souci de sécuriser les passages tant pour les automobiles que pour les piétons.

En matière de respect des milieux naturels et des activités de loisirs et de tourisme

Les cheminements actuels en tant qu’ils sont préservables (comme par exemple entre les Arches et les Planches) doivent l’être. Les lieux pouvant être repris pour réaliser des liaisons avec les autres cheminements doivent être pris en compte. Les rétablissements opérés des cheminements modifiés (secteurs de Montargis et de La Marcaderie) doivent être conçus et réalisés en garantissant la sécurité et en l’améliorant en tenant des flux nouveaux et des contraintes qu’elles créent à l’égard des randonneurs.

Pour ce qui de l’information des propriétaires riverains concernés

Il est apparu qu’un certain nombre de propriétaires riverains ne disposaient pas d’une information suffisante quant :
-  à l’impact de l’opération sur leur parcelle (totalité ou partie du terrain concerné),
-  à la balance des effets négatifs par rapport à la jouissance normale, et en quelque sorte optimale, actuelle,
et
- à l’estimation de la perte de valeur en cas d’effets négatifs certains.
Il conviendrait que le recueil de leurs avis soit mis en perspective avec les difficultés évoquées.
Je vous remercie par avance de bien vouloir prendre en compte ces éléments et tous ceux produits par les élus, habitants et riverains à l’appui de leurs observations sur ces sujets.

Je vous prie de croire, Monsieur le Président de la Commission d’enquête, à l’assurance de mes salutations les meilleures.

Marietta KARAMANLI