« Subventions de la réserve parlementaire : une soirée pour comprendre les projets aidés qui serviront au plus grand nombre » par Marietta KARAMANLI

vendredi 26 février 2016

Le 5 février 2016, j’ai rencontré au Théâtre « La Bertoche » au Mans, (quartier des Sablons) gérée par l’association « Les Chemins de Traverse », l’ensemble des associations et des communes bénéficiaires de subventions au titre de la réserve dite parlementaire. Selon les termes mêmes du site de l’Assemblée Nationale, il s’agit de subventions d’État votées et modifiées en lois de finances initiales ou rectificatives ; par celles-ci les députés « soutiennent des investissements de proximité décidés par des collectivités locales et des activités menées par des associations ».
Le montant moyen est d’environ 130 000 € par an. Depuis la réforme initiée en 2012 par la nouvelle majorité à l’Assemblée Nationale, la liste des montants et des bénéficiaires est rendue publique et le montant global est identique, (sauf responsabilités particulière au sein de l’assemblée, point encore discuté), que le député appartienne ou non à la majorité ce qui n’était pas le cas auparavant.
Me concernant depuis 2008, je publie chaque année les montants et le type de dépenses aidées.
Si je reprends les montants alloués par type de dossiers : en 2014, 42 % des subventions sont allées aux communes (finançant des équipements collectifs, scolaires ou des travaux de réhabilitation de logements) et 58 % à des associations (pour des activités sportives, sociales et d’insertion, culturelles ou de promotion de l’agriculture) ; en 2015, 71 % des subventions ont été aux communes (avec des priorités aux travaux et aménagements collectifs, au sanitaire et social et à la culture) et 29 % aux associations.
En 2016 les dossiers déposés concernent en termes de montants, les communes (47,5 % des subventions) et les associations (52,5% des subventions).
Côté associations, les crédits sollicités visent à soutenir la culture et l’éducation (le sport, le social et le sanitaire.
Côté communes, les subventions constitueront une aide au financement d’aménagements collectifs (par exemple l’achat de mobilier, la réhabilitation de locaux scolaires, une contribution à la réhabilitation d’une salle polyvalente), d’équipement pour les déplacements (participation à l’achat d’un petit véhicule collectif etc…).
Cette classification aide à comprendre la nature des activités « accompagnées ».
La priorité est donnée à l’aide aux investissements pour des équipements ayant donc une durée de vie et d’utilisation de plusieurs années.
Cette rencontre a été l’occasion pour l’ensemble des responsables et bénévoles d’association et les représentants des communes, Maires notamment, de se retrouver dans un lieu qui a bénéficié d’une aide. Chacun a pu entendre à quoi était destinée la réserve parlementaire puisque chacun a pu se présenter, exposer le sens de l’aide sollicitée et expliquer à quoi elle allait servir.
Il s’est agi autrement dit pour tous de mieux se connaître, de découvrir toutes les activités et initiatives concernées et de créer aussi de nouvelles opportunités entre organisations et groupements. Ainsi certaines associations ont pu faire découvrir ce qu’elles faisaient et ce qu’elles pourraient faire avec d’autres ou au service d’autres.
Comme j’ai pu le dire j’ai eu le sentiment d’avoir été "un lien" entre tous.
Une soirée conviviale et intéressante de l’avis de tous les participants.
Marietta KARAMANLI

Quelques photographies de cette rencontre