« Sotremo, une entreprise spécialisée dans le traitement des déchets depuis 30 ans au MANS à un moment clef de réalisation des objectifs ambitieux de la loi de transition énergétique » par Marietta KARAMANLI

lundi 10 octobre 2016

Le 30 septembre dernier, j’ai participé à la cérémonie d’anniversaire de l’entreprise SOTREMO installée dans la zone Sud du MANS depuis trente ans. Spécialisée dans le recueil et le traitement de déchets spéciaux au travers de services de haute technologie, elle permet d’en éviter La dispersion, la dissémination, et en permet la gestion sous un contrôle technique et scientifique.
Cette rencontre a été pour moi l’occasion de rappeler les enjeux d’une réforme importante que j’ai votée en 2015 à savoir la loi de transition énergétique pour la croissance verte qui a, entre autres, pour objectif de limiter les déchets ménagers et industriels.
Une opportunité de faire le lien entre les préoccupations d’intérêt général au plan national et les réalités économiques locales.
Marietta KARAMANLI

Permettez moi de commencer par vous remercier, ...
de m’avoir associée aux 30 ans de présence, aux 30 ans d’activités de votre entreprise, la société SOTREMO
Il ne s’agit pas seulement d’un retour « poli » vers une entreprise invitante mais d’une conviction de ma part.
Je suis convaincue depuis de nombreuses années, et mes interventions parlementaires en témoignent dans le temps, de la nécessité pour tous, du niveau le plus global au niveau le plus local
-  de ne pas surconsommer de ressources naturelles, peu ou pas renouvelables,
-  de ne pas gaspiller pour un court instant ce qui s’est constitué au fil du temps,
-  de réutiliser ce qui a été utilisé,
-  d’assainir,
-  de compartimenter ce qui est pollué et polluant…
-  de tracer, stocker, de valoriser ce qui est recyclé et resservira

Ces dernières activités renvoient directement à vos propres activités de recyclage.
Je suis souvent sollicitée par des concitoyens sur la question des déchets, sur leur impact sur l’environnement et aussi leur coût.
La loi de transition énergétique pour la croissance verte que j’ai votée en 2015 a eu pour objectif de répondre à cette préoccupation et de limiter les déchets ménagers et industriels.
Elle fixe ainsi des objectifs ambitieux.
Elle prévoit de réduire de :
- 10 % les déchets ménagers (2020) ;
- 50 % les déchets admis en installations de stockage (2025) ;
- de porter à 65 % les tonnages orientés vers le recyclage ou la valorisation organique (2025) ;
- de recycler 70 % des déchets du BTP (2020).
Faire d’une loi vertueuse une réalité écologique nécessite la mobilisation des entreprises et des particuliers, incités parfois contraints, à faire un effort
en amont en concevant de façon économe et écologique des produits et matériaux

et
en aval en traitant les déchets pour en éviter la dispersion, la dissémination, la gestion sous contrôle technique et scientifique.
Dans cette chaîne, une entreprise comme la vôtre tient évidemment une place éminente.

Elle doit convaincre,
-  proposer des services de haute technologie,
-  équilibrer son activité selon un modèle économique tenant compte d’un environnement réglementaire qui s’est resserré sur les producteurs de déchets, d’une charge certes pour les entreprises répercutées souvent sur les clients finaux mais aussi d’un bénéfice pour tous celui d’une production maîtrisée et à l’impact environnemental limité tant au plan de la santé que de la qualité de vie de travail.
Selon l’économiste Philippe AGHION il existe une économie de l’innovation où l’Etat et les pouvoirs publics ont tout leur rôle et notamment celui d’inciter à l’économie verte ou à la pollution maîtrisée et limitée.
C’est donc avec plaisir que je partage ce moment de raison et aussi d’émotion et où il m’est agréable d’accompagner des professionnels, une entreprise dédiée à dépolluer, préoccupée par l’innovation, soucieuse de partenariats économiques locaux.
Je vous souhaite donc une nouvelle et bonne quatrième décennie…
Je salue aussi la trentaine de vos collaborateurs experts, techniciens au service du traitement de déchets et in fine de la tâche de réconcilier la production et le progrès environnemental.

Marietta KARAMANLI