Marietta KARAMANLI « Foot, Bravo aux Bleus, Bravo à tous ceux qui font vivre le foot au quotidien dans nos communes et quartiers»

J’étais l’invitée de l’émission de France Info “Tout est politique” du vendredi 06 juillet 2018 consacrée au foot après la victoire en demie finale de l’équipe des Bleus.

J’ai été aussi interrogée par le Journal “La Croix” dans son édition du 12 juillet sur le thème “La Coupe du Monde et le sens de la Fête”

J’ai saisi ces occasions pour  donner mon sentiment sur l’importance du Foot dans la notre vie sociale lors de grands évènements et aussi au quotidien dans nos communes et quartiers.

J’ai aussi rappelé les comparaisons possibles entre le jeu parlementaire et le jeu au foot.

J’ai enfin rappelé la nécessité d’aider les clubs et les associations. Il faut faire vivre le sport dans les communes et quartiers populaires et le mettre en valeur !

Le foot

J’aime le foot comme spectatrice, maman d’une petite fille qui le pratique, et comme députée membre de l’équipe de l’Assemblée Nationale.

J’aime les valeurs du sport qu’incarne le foot comme la discipline (au sens de la rigueur) et du dépassement de soi dans une équipe, le respect des autres, la solidarité, le jeu et le plaisir !

Le sport est à l’image de la société et fait société

Des exploits comme ceux d’une équipe de foot nationale peut être au service du pouvoir et le sport être ou être utilisé comme un attribut du pouvoir

Et puis il y a le pouvoir qui peut et doit être au service des activités sportives en particulier du foot qui est un sport populaire, collectif, qui créé de la passion, des émotions ; le sport et le foot peuvent être des fonctions, si j’ose dire organisées au sein et au service de la société civile.

Il y a un éloge du foot comme un sport « commun » des gens “simples” et coopératif… ce qui n’enlève pas l’idée d’un entraînement, d’une pratique, d’une stratégie et d’une tactique !

Le foot à l’Assemblée Nationale

Il y a une équipe.

Il y a aussi des parallèles qu’ont dressés d’éminents juristes, je pense au Professeur Mathieu Touzeil -Divinat.

ADVERSAIRE / OPPOSITION : Personne faisant partie de l’équipe adverse ou opposée pour des raisons idéologiques, partisanes ou sportives

AMENDEMENT / TACLE : L’amendement est à la construction des textes législatifs ce que le tacle est au football : le principal moyen de défense de l’équipe adverse

ARRÊT DE JEU / SUSPENSION DE SÉANCE : Moment dans lequel les joueurs et les représentants de la Nation arrêtent de débattre et d’avancer dans le jeu qui est le leur.

BUT / PROMULGATION: But (sic) ou objectif final de tout débat parlementaire (*) : soumettre la loi à la promulgation présidentielle.

CARTON(S) (JAUNE ET ROUGE) / CENSURE ET RAPPELS À L’ORDRE: À l’instar du sport, les parlementaires encourent plusieurs sanctions disciplinaires s’ils dérogent au règlement de leur assemblée.

Sur l’équipe de FRANCE

Didier DESCHAMPS a dit « équipe jeune et perfectible » et a parlé d’ambition et d’humilité… ces mots-là me plaisent !

C’est très fort pour parler d’un groupe qui porte et est porté par une nation.

Souvent les politiques manquent d’humilité…

Certains footballeurs aussi mais leurs actions sont visibles et leurs effets mesurables…peut-être plus facilement !

Il faut en ce jour dire que nous sommes fiers de notre équipe et que ce sentiment se partage…goûter aux petits bonheurs dans un monde incertain c’est bien !

La patrie sportive

La “patrie sportive” si j’ose dire est une réalité ponctuelle.

1998 et l’équipe Black Blanc Beur n’ont pas empêché 2002 et un candidat d’extrême droite au 2ème tour de l’élection présidentielle.

La prudence est de considérer que le rassemblement autour et par un évènement sportif est un signal mais pas un point d’arrivée.

Les tensions sociales sont vives…il y a une sorte de lutte des pauvres, ceux qui sont ou se sentent déclassés dans la société Française et ceux qui venant d’ailleurs pour y faire une partie de leur vie ( immigration économique et réfugiés politiques) sont perçus comme mis en concurrence avec les premiers…certains messages politiques sont clairs et participent à cette façon de voir.

Pour concrétiser une vraie fraternité

Il faut des mots et des actions…

Des mots pour dire que la diversité est un facteur de réussite collective si elle a un cadre et un objectif commun…il n’y pas de réussite sans les autres….C’est ce que disait au plan politique la sénatrice américain Elisabeth Warren.

Je cite « Personne dans ce pays n’est devenu riche seul. Personne. Vous avez fondé votre entreprise ici? Félicitations. Mais laissez-moi être claire : vous avez transféré vos produits sur des routes que le reste d’entre-nous avons construites ; vous avez employé des ouvriers que le reste d’entre nous avons éduqués ; votre usine est restée en sécurité grâce aux forces de polices et aux pompiers que le reste d’entre nous avons payés. Vous n’avez jamais eu à craindre que des bandes de maraudeurs viennent vous voler vos biens parce que nous autres étions là. Vous avez créé votre usine et elle est devenue quelque chose de grandiose? Dieu merci. Gardez-en le plus gros morceau. Mais une partie du contrat social sous-jacent est qu’en prenant votre part du gâteau, vous en donniez aussi pour le prochain gamin qui arrive ».

Il faut des actions

Mais ce qui manque le plus c’est l’engagement permanent, quotidien, de l’Etat. Il ne suffit pas de dire qu’ il faut agir.

Il faut le faire et

– soutenir la vie associative,

– donner leurs chances aux jeunes dès le plus jeune âge (école, culture, sports…) et

– faire vivre des solidarités.

Il faut réhabiliter la création dans nos quartiers.

Il faut faire vivre le sport dans les communes et quartiers populaires et le mettre en valeur !